/misc
Navigation

Le dilemme de Drouin

Steve Yzerman
Photo Reuters Le directeur général du Lightning, Steve Yzerman, a beau jeu dans le dossier Jonathan Drouin.

Coup d'oeil sur cet article

Dans toutes les villes de la Ligue, le dossier Jonathan Drouin fait les manchettes. Au cours de la dernière semaine, j’ai visité quelques amphithéâtres et tout le monde y allait de son commentaire.

Que ce soit les recruteurs des autres formations, les membres de la presse ou quelques dirigeants de certaines équipes, une conclusion se dégage de toutes les conversations: Steve Yzerman est le grand maître de la situation.

C’est lui qui prendra la décision finale.

C’est lui qui décidera quand le moment sera bien choisi pour échanger son jeune joueur.

Les performances de son équipe lui permettent de créer une surenchère.

Il cherche un partenaire d’affaires qui pourra répondre aux conditions de la transaction.

Type de joueur recherché

Et ces conditions, on les connaît. Yzerman ne veut pas un joueur avec un salaire élevé. Il ne veut pas un patineur avec un contrat de plusieurs saisons. Ce qu’il convoite, c’est un athlète n’ayant aucune entente pour la prochaine saison. Pourquoi?

Parce que, aux quatre coins de la Ligue nationale, et cela a sans doute fait l’objet de plusieurs discussions chez les équipes qui ont tenu leur réunion d’évaluation de la mi-saison, on se pose des questions sur le prochain plafond salarial.

Où se situera-t-il l’an prochain? Et qu’est-ce que tout ça signifie avec un dollar canadien aussi faible?

D’autres qui passeront à la caisse

Yzerman a plusieurs joueurs dont les contrats arrivent à échéance d’ici à deux ans. Nikita Kucherov, Ondrej Palat, Tyler Johnson, Viktor Hedman, Ben Bishop et, bien sûr, Steve Stamkos, passeront tous à la caisse. Que ce soit à Tampa ou dans une autre ville.

Donc, la fugue de Drouin pousse maintenant Yzerman à modifier sa stratégie (il peut le laisser poireauter longtemps s’il le désire). Le Lightning étant sur une séquence victorieuse, Yzerman attend qu’on lui fasse des propositions.

Jusqu’à présent, il n’a pas été impressionné au point de se concentrer entièrement à ce dossier.

Deviendra-t-il un joueur étoile ?

De l’autre côté de la table, plusieurs directeurs généraux se demandent si Drouin deviendra un joueur étoile dans la Ligue. Difficile de mettre une étiquette sur un joueur qui oblige les décideurs à se prononcer avec comme point de repère l’inconnu.

Sans oublier les interrogations entourant le caractère du jeune homme, qui a laissé tomber son équipe de la Ligue américaine... dans des circonstances pour le moins étranges.

Le Canadien et les résultats

Un peu comme tout le monde, je suis de près tout ce qu’on raconte et tout ce qu’on dit sur le Canadien qui traverse une période difficile et ce n’est pas peu dire.

On ne posera pas encore une fois la question: comment cela se passe-t-il?

Tout le monde cherche des solutions. J’imagine que Marc Bergevin se tient aux aguets, mais comme il le précisait, il n’est pas facile de faire des transactions dans cette ligue et encore moins avec un classement aussi serré.

D’ailleurs, quand on réalise qu’il y a si peu d’écart entre les équipes, je comprends pourquoi Bergevin mise sur la prudence dans l’analyse des effectifs des autres formations.

Lui aussi ignore combien de dollars il pourra dépenser l’an prochain.

Cependant, il y a une réalité qui impose un revirement spectaculaire. Le Cana­dien, sans être dans un cul-de-sac, risque de se retrouver du mauvais côté d’une rue à sens unique.

Il n’y a qu’une solution et vous la connaissez: l’équipe doit se remettre à remporter des victoires.

Ça presse!

 

Keon: le plus «grand» des Leafs?

Les Maple Leafs de Toronto ont réservé une soirée pour honorer Dave Keon.

Enfin! diront les vieux partisans de l’équipe.

Les Maple Leafs avaient commandité une équipe de la région de l’Abitibi pour s’assurer qu’ils auraient les droits exclusifs sur Dave Keon, natif de Noran­da. Ils n’ont jamais regret­té leur décision.

A-t-il été le plus grand joueur de la concession?

Le débat est lancé.

Patineur polyvalent

Cependant, Keon a été le joueur le plus utile à cette formation tout au long de sa carrière.

Ce n’était pas un joueur qui menaçait les records offensifs, mais c’était un patineur polyvalent, un patineur intelligent, un patineur avec du caractère qui parvenait toujours à se démarquer quand la compétition augmentait d’un cran.

Tout au long de sa carrière, il a eu à affronter des joueurs comme Jean Béliveau, Henri Richard, Alex Delvecchio et Stan Mikita. Il a gagné quatre coupes Stanley, un exploit démontrant son brio pendant les séries éliminatoires.

Comme Henri Richard

Henri Richard était également ce genre de joueur avec le Canadien. Des compétiteurs féroces, des joueurs qui ne toléraient pas les demi-mesures et qui compétitionnaient avec l’énergie du désespoir, soir après soir.

Je sais que Dave Keon est un personnage particulier. Il a toujours refusé de s’associer aux Leafs.

Il ne blairait pas le défunt propriétaire, Harold Ballard, et c’est la raison pour laquelle il se tenait très loin des décideurs de l’organisation.