/world/opinion/columnists
Navigation

Trump, il a des chances?

Donald Trump Campaigns In Iowa Ahead Of Caucuses
AFP

Coup d'oeil sur cet article

C’est LA question de 2016 jusqu’à maintenant. On me l’a posée en famille pendant les Fêtes; on se la pose entre collègues; on m’écrit tous les jours à ce sujet. Et ma réponse s’est lentement métamorphosée: de «Jamais de la vie!» il y a six mois, six semaines, quelques jours encore, je n’ose plus maintenant avancer qu’un gênant: «Ça a ben l’air que oui.»

Même ceux qui n’ont pas suivi la campagne du milliardaire new-yorkais de près ont au moins entendu parler de ce qu’il pense des immigrants illégaux (déportation en masse et construction d’un mur à la frontière américano-mexicaine, payé par le Mexique) et des musulmans (ceux qui sont hors du pays n’y entreront pas; ceux qui sont déjà là seront gardés à l’œil). Il a aligné les commentaires racistes, xénophobes, sexistes et il dénigre vulgairement tous ceux qui le confrontent à ses incohérences.

Qu’un des deux grands partis politiques de la vieille démocratie américaine – le parti d’Abraham Lincoln, comme on le rappelle souvent – puisse être représenté par un tel démagogue en laisse plusieurs interloqués. Le Grand Old Party creuse pourtant sa tombe depuis un bon moment et la réapparition de Sarah Palin, la semaine dernière, s’inscrit dans ce long travail de fossoyeurs.

PALIN, SORTIE DES BOULES À MITES

Palin, autant au cours de sa campagne à la vice-présidence en 2008 que depuis, comme commentatrice sur les ondes de la chaîne Fox News, ne s’est jamais distinguée pour ses idées politiques ou ses propositions pour résoudre les grands problèmes auxquels la société américaine fait face. Elle s’est contentée de dénigrer Barack Obama (le «capitulateur-en-chef») et de flatter ses partisans («Vous autres, familles qui travaillez dur, familles d’agriculteurs, enseignants et camionneurs, policiers et escrocs, rock’n’rollers et exaltés religieux...»).

Trump ne fait pas mieux. Ou pire. Le Parti républicain, que j’observe de près depuis mon arrivée à Washington il y a près de dix ans, s’est transformé en «parti du rejet»: rejet d’abord des taxes et impôts pour soutenir ces grands programmes sociaux mis en place depuis cinquante ans, puis rejet des idées des démocrates, peu importe leur valeur; finalement, par extension, rejet de tout ce qui semble venir d’une quelconque réflexion, un anti-intectuallisme nourrissant aujourd’hui la rage populiste qui triomphe aux rallyes du milliardaire new-yorkais.

ABATTRE LA « BÊTE »

Les conservateurs américains se réveillent maintenant, paniqués. La grande revue du mouvement, le National Review, a consacré son dernier numéro, sorti jeudi dernier, à démolir Donald Trump: un «opportuniste politique» qui n’a rien à voir, affirment vingt et un commentateurs, avec ce qu’ils défendent. Un plaidoyer qui arrive trop tard: à une semaine du premier scrutin – les caucus de l’Iowa –, il n’y a plus d’alternative solide à Trump.

Jeb Bush, l’héritier d’une famille de présidents, Marco Rubio, le très articulé jeune sénateur de Floride, et Chris Christie, l’énergique gouverneur du New Jersey, vivotent dans les sondages. Ted Cruz, l’intransigeant sénateur du Texas, reste le seul à chauffer un peu Donald Trump. Mais si le New-Yorkais exaspère et embarrasse les dirigeants du Parti républicain, Cruz les terrifie. En trois ans seulement au Congrès, il s’est mis son parti à dos et s’en vante ouvertement.

Trump est un gros lourdaud, mais l’establishment commence à croire qu’il sera possible de transiger avec lui, d’influencer ses politiques. Cruz, ils le savent déjà, sera inflexible. Leur choix est fait: à moins d’une débâcle spectaculaire, oui, Donald Trump sera le candidat républicain à la prochaine élection présidentielle. Il faut s’y faire.

TRUMP, LOIN DEVANT LES AUTRES

  • Donald Trump 34 %
  • Ted Cruz 20 %
  • Marco Rubio 11 %
  • Ben Carson 8 %
  • Jeb Bush 4 %

ET UNE PRÉSIDENCE TRUMP ?

Le meilleur...

  • 10 % bon homme d’affaires
  • 9 % contrôle des frontières et de l’immigration
  • 8 % honnête
  • 6 % un leader solide

Le pire...

  • 12 % impulsif, ne réfléchit pas avant de parler
  • 9 % inexpérimenté
  • 9 % arrogant
  • 7 % raciste
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.