/news/currentevents
Navigation

Un coaccusé de Laval refuse de collaborer

L’ex-V.-P. de Cima+ s’expose à une amende de 5000 $

Coup d'oeil sur cet article

Un complice allégué de Gilles Vaillancourt dans le système de collusion et de corruption à Laval refuse de collaborer à l’enquête de son ordre professionnel et risque maintenant une amende de 5000 $.

L’ancien vice-président et membre du CA de la firme de génie-conseil Cima+, Louis Farley, a plaidé coupable mardi à deux chefs d’accusation d’entrave et de refus de collaborer au travail des enquêteurs du syndic de l’Ordre des ingénieurs.

<b>Louis Farley</b><br /><i>Ingénieur</i>
Photo Courtoisie
Louis Farley
Ingénieur

Ce faisant, celui qui aurait participé au système de trucage de contrats sous l’administration de Gilles Vaillancourt a commis une «infraction grave», a déclaré en audience la procureure du syndic, Me Nathalie Vaillant.

Le syndic et l’avocat de M. Farley ont suggéré en commun une amende de 5000 $.

La recommandation a tout de même fait sursauter la présidente du comité de discipline, qui a demandé aux procureurs pourquoi on n’exigeait pas plutôt une radiation de l’ordre jusqu’à ce que l’ingénieur collabore avec les enquêteurs.

«Il refuse de collaborer à la demande de ses avocats, car il est également impliqué dans une cause au criminel [la même que Gilles Vaillancourt]. Une radiation ne l’incitera pas plus à collaborer à notre enquête», a répondu Me Vaillant, en précisant qu’il se pouvait très bien que d’autres accusations soient portées contre l’ingénieur à l’avenir.

Radié

Elle a ajouté que M. Farley avait déjà été radié six mois en attendant son audience et qu’il est présentement sans emploi.

Soulignons que M. Farley s’est déjà retrouvé au centre d’une affaire de pot-de-vin. Lors d’un procès au civil, le promoteur immobilier Dominic Bissonnette a dit avoir remis 5000 $ à M. Farley destinés à récompenser l’ancien directeur général adjoint de Saint-Jérôme, Pierre Ratthé, ce que ces derniers ont nié.