/news/currentevents
Navigation

Le père du bébé jeté à la poubelle se serait suicidé à Métabetchouan

Le père du bébé jeté à la poubelle se serait suicidé à Métabetchouan
Photo Roger Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

Le père du bébé qui a été retrouvé mort dans la poubelle d’une résidence de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, en février 2015, est décédé dans les dernières heures.

L’homme de 43 ans a été retrouvé sans vie, dans le même domicile de la rue St-André. Il s’agirait d’un suicide.

La Sûreté du Québec confirme que le père fait toujours l'objet d'une enquête et qu’il n’a jamais été accusé.

«Il y a beaucoup de zones grises dans cette histoire», confirme Jean Tremblay, porte-parole de la SQ.

Rappelons que la mère du poupon, Marie-Pier Normand Lejeune, est accusée de meurtre au deuxième degré et d’outrage à un cadavre.

L’autopsie a révélé que le nourrisson était vivant lors de l’accouchement.

Marie-Pier Normand Lejeune est toujours détenue en attente de procès. Son prochain passage devant la cour est prévu le 7 mars au palais de justice d’Alma.

Voici l’entrevue que le père avait accordée, à visage caché, l’an dernier à TVA Nouvelles:

«J'ai jeté mon propre bébé dans la poubelle»

Près de trois jours après la découverte d'un nourrisson sans vie dans une poubelle à Métabetchouan au Lac-Saint-Jean, le conjoint de la mère de l'enfant a accepté de livrer sa version des faits dans une troublante entrevue accordée à TVA Nouvelles.

«Ça va rester toute ma vie dans ma tête. J'ai jeté mon propre bébé dans la poubelle et je ne le savais même pas», fait valoir l'homme qui ne souhaite pas être identifié.

Tout a commencé dans la nuit de jeudi à vendredi alors qu'une femme se serait présentée dans un hôpital de la région pour se plaindre de maux de ventre. Les médecins auraient alors constaté qu'elle avait en elle un placenta et l'auraient questionnée à savoir où était le bébé. La version de l'homme diffère toutefois quelque peu de cette dernière.

«Il y avait du sang, c'était incroyable, raconte-t-il. J'ai appelé le 911, les [secours] sont arrivés ici et elle est partie. Et à 4 h du matin, les policiers sont venus cogner. Ils m'ont réveillé et m'ont dit: "Il est où le bébé?" Je leur ai dit: "je ne sais même pas de quoi vous parlez".»

Puis, les policiers lui ont alors lancé d'arrêter de «faire l'hypocrite», qu'il savait que sa conjointe avait accouché plus tôt. C'est à ce moment qu'il a compris ce qui s'était passé.
«Je leur ai dit: "elle m'a mis un sac là, par terre, et elle m'a demandé de jeter ça à la poubelle". Et c'est là qu'ils ont ouvert le couvercle de la poubelle et qu'ils ont dit que le bébé était là», relate l'homme.

Il raconte que lorsque sa conjointe lui a demandé de jeter le sac qui contenait plusieurs serviettes tachées de sang, il a cru qu'elle avait fait une hémorragie interne.

«Je n'ai rien vu, je n'ai pas vu le bébé. Les inspecteurs me l'ont demandé, mais je ne l'ai pas vu le bébé, je ne lui ai pas touché, je n'ai rien vu», insiste-t-il.

Il assure également qu'il n'était pas au courant que sa conjointe était enceinte puisque chaque fois qu'il le lui demandait, elle répondait que ce n'était pas le cas.

«Ça veut dire qu'elle a sûrement accouché dans l'eau. Est-ce qu'il est mort noyé? On ne le sait pas encore», dit-il, avant d'ajouter, des sanglots dans la voix, qu'il «n'en revient pas qu'elle ait fait une affaire de même».

L'enquête se poursuit afin de faire la lumière sur cette sordide affaire. Une autopsie sera pratiquée sur le corps du bébé demain et les autorités pourront déterminer si l'enfant est mort avant d'avoir été jeté à la poubelle.

Vous pouvez écouter l'entrevue en question en cliquant ici.