/news/health
Navigation

En plus du sexe: le genre est lié aux risques de récidive des maladies cardiaques

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les adultes qui ont un rôle ou qui présentent des traits de personnalité généralement attribués aux femmes ont plus de risques de récidive d’incidents cardiaques, et ce, indépendamment de leur sexe, révèle une étude pancanadienne menée par l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill.

Ces personnes «ont un risque accru de récidive de syndrome coronarien aigu (SCA) ou d’un autre incident cardiaque dans les 12 mois suivant leur premier incident, indépendamment de leur sexe biologique», explique l’auteure principale de l’étude, la Dre Louise Pilote, professeure de médecine à l'Université McGill.

Selon les chercheurs, le genre est déterminé par les rôles, comportements, expressions et identités des filles, des femmes, des garçons, des hommes et des personnes de divers genres établis par la société.

«Il serait donc important, en tant que chercheurs, de considérer le genre en plus du sexe biologique, lorsque nous analysons des différences entre les hommes et les femmes pour différentes maladies», a-t-elle ajouté.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont réalisé une étude auprès de 1000 patients âgés de 18 à 55 ans provenant des quatre coins du Canada. Tous les répondants avaient été hospitalisés pour un syndrome coronarien aigu prématuré, entre janvier 2009 et avril 2013.

Les chercheurs ont pu «observer que les participants qui obtenaient un résultat élevé de caractéristiques traditionnellement attribuées aux femmes, indépendamment du fait qu'ils étaient biologiquement un homme ou une femme, étaient plus susceptibles d'avoir un second épisode cardiaque», a indiqué la Dre Roxanne Pelletier, coauteure de l’étude.

«Dans notre cohorte, les caractéristiques traditionnellement attribuées aux femmes semblaient avoir un effet sur la santé s’expliquant par une augmentation de l'anxiété», a poursuivi la Dre Pilote. De nombreuses raisons peuvent expliquer cette hausse d’anxiété chez les hommes et les femmes présentant des caractéristiques traditionnellement attribuées aux femmes. Par exemple, les difficultés financières, la nécessité de gérer les travaux ménagers, la garde d'enfant et le travail peuvent représenter un fardeau quotidien, faisant en sorte que l'anxiété devienne chronique.

Les résultats de ces travaux ont été publiés dans le «Journal of the American College of Cardiology».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.