/finance/business
Navigation

Le président d’Amaya veut acheter la compagnie

David Baazov, président
Photo Reuters David Baazov, président

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Le président et chef de la direction d’Amaya (AYA : TSX), David Baazov, a l’intention d’acquérir la compagnie propriétaire de plusieurs jeux en ligne dont le populaire PokerStars.

M. Baazov et un groupe d’investisseurs comptent acquérir les actions au prix de 21 $ chacune, ce qui représente une prime de 40 % par rapport au cours de clôture du titre (14,99 $) vendredi à la Bourse de Toronto.

L’offre, qui est entièrement en argent, valorise la compagnie à 2,8 milliards $.

Peu après l'ouverture des marchés, l'action bondissait de 26,75 % ou 4,01 $ à 19 $, lundi. Vers 12h30, elle se négociait toutefois à 18,59 $, en progression de 24 %.

Dans un communiqué publié lundi, M. Baazov indique que la forme et la structure précises de l’opération n’ont pas encore été déterminées.

À ce jour, M. Baazov détient plus de 24,5 millions d’actions d’Amaya, ce qui représente environ 18,6 % des actions ordinaires en circulation. Il détient aussi 550 000 options d’achats.

Aucune discussion n’a encore eu lieu entre M. Baazov et le conseil d’administration d’Amaya.

Le conseil d’administration d’Amaya a confirmé que M. Baazov lui a fait connaître son intention de rachat «de façon non contraignante». Il a mis sur pied un comité spécial d’administrateurs indépendants dont le mandat est d’étudier toute proposition et d’envisager d’autres solutions que la vente pouvant s’offrir à la compagnie.

Amaya ajoute que le comité spécial n’a reçu ni sollicité aucune offre officielle liée «à une opération éventuelle».

«Rien ne garantit que l’intention de M. Baazov se matérialisera en offre officielle ou qu'une telle offre débouchera ultimement sur la conclusion d'une opération», affirme la compagnie.

Amaya a averti ses actionnaires en novembre dernier que ses profits pour 2015 seraient plombés par un dollar américain plus fort et des délais dans le lancement de son service Sportsbook.

En décembre, une cour du Kentucky a ordonné à la compagnie de verser une somme de 870 millions $ US pour couvrir des pertes que les résidents de l’État auraient encaissées lorsqu’ils ont joué de l’argent réel sur le site PokerStars de 2006 à 2011.

Amaya a acquis PokerStars en 2014 lors d’une prise de contrôle de Rational Group pour 4,9 milliards $ US.

L’Autorité des marchés financiers enquête depuis plus d’une année sur de possibles délits d’initiés survenus en lien avec cette transaction.

En plus de PokerStars, Amaya exploite plusieurs sites de jeux dont Full Tilt, European Poker Tour, PokerStars Caribbean Adventure, Latin American Poker Tour et Asia Pacific Poker Tour.