/news/politics
Navigation

Fonds vert: TransCanada pourrait obtenir une subvention

Pierre Arcand
SIMON CLARK / JOURNAL DE QUEBEC Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard ne peut exclure que TransCanada puisse obtenir une subvention du Fonds vert pour son projet d’oléoduc Énergie Est.

«On ne fait pas de discrimination par rapport aux entreprises. Si Valero a reçu une subvention, c’est pour réduire les GES. Dans le cas de Suncor c’est la même chose. Ce qui est important dans nos programmes c’est réduire les GES. On ne peut nous, comme gouvernement, faire de la discrimination par rapport aux entreprises», a lancé le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, mercredi.

Cadeau de 6 M$ pour Valéro

Le Journal a révélé mardi que Valéro a bénéficié en 2011 d’un cadeau de 6 M$ pour construire un pipeline entre ses installations de Montréal-Est et sa raffinerie de Lévis. L’argent provient du Fonds vert, qui doit lutter contre les changements climatiques et il est financé en partie par les automobilistes québécois, via une hausse du prix de l’essence.

Le subside provient plus précisément du ministère des Transports du Québec, qui gère un programme qui vise à réduire les émissions de GES du transport de marchandises et de personnes et qui est financé par le Fonds.

Le nom de la politique a été modifié depuis, mais il répond au même objectif. Au moment d’écrire ces lignes, le MTQ n’était pas en mesure de confirmer que les oléoducs ont toujours droit à cette subvention, mais tout indique que rien n’a changé.

Le ministre Pierre Arcand n’a pas voulu commenter directement le cas de TransCanada. «Le problème ne se pose pas puisque devant nous actuellement il n’y a pas d’oléoduc», a dit M. Arcand. Il a ajouté qu’il «ne connaît pas le programme exact» et a redirigé la question au ministre des Transports. Il a tout de même salué l’efficacité énergétique des oléoducs. «Un pipeline par contre ce n’est pas quelque chose qui émet beaucoup de GES puisque c’est des stations de pompage qui fonctionnent à l’électricité», a-t-il expliqué.

De son côté, le nouveau patron du MTQ, Jacques Daoust, n’a pas voulu commenter. «Ce que vous racontez là, c’est vous qui me l’avez appris dans le journal, ce matin», a-t-il lancé.

«Gaspillage»

Les partis d’oppositions ont dénoncé tour à tour un autre «gaspillage» au Fonds vert. «Valéro veut construire son oléoduc depuis longtemps. Est-ce que le Fonds vert était véritablement nécessaire pour la construction d’un tel ouvrage? C’est très questionnable», a affirmé le péquiste Mathieu Traversy.

Le caquiste Mathieu Lemay exige que le programme du MTQ, qui a aussi permis à Air Canada de mettre la main sur une subvention de 600 000 $, soit suspendu le temps de faire enquête.