/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Louis Morissette attaqué par les moustiques

Coup d'oeil sur cet article

Je me doutais bien qu’en dénonçant les militants anti-blackface, Louis Morissette allait s’attirer des ennuis. Mais je ne pensais pas que ça irait jusque là: plus de huit cents personnes ont signé une pétition exigeant qu’il fasse des «excuses publiques» pour ses propos sur le Bye Bye.

Dans sa chronique La victoire des moustiques, publiée dans le magazine Véro, il racontait qu’il avait été obligé d’engager un Noir (Normand Brathwaite) pour imiter un Noir (François Bugingo) et qu’il avait dû céder devant les «moustiques», une minorité de dénonciateurs du blackface.

Et il faudrait qu’il s’excuse de ÇA? Et quoi encore, il faudrait qu’il fasse son autocritique, comme à la belle époque du communisme?

Un peu plus et je pars le mot-clic #JeSuisLouis pour défendre sa liberté d’expression.

PAS ASSEZ D’ITALIENNES ?

Morissette se plaint qu’on ne peut plus rien dire en humour à cause des groupes de pression. Et un groupe de pression lui répond: «C’est faux! Maintenant, ferme ta gueule!». Excusez-moi si je trouve ça ironique.

Les signataires de la pétition affirment: «Il faut augmenter le nombre de personnes racisées dans l’espace médiatique et culturel québécois».

Mais il faut aussi accepter que les «personnes racisées» se fassent critiquer et caricaturer comme les autres, non?

Des médias engagent François Bugingo: on applaudit à la diversité culturelle. François Bugingo est exposé comme fraudeur/menteur: on n’a pas le droit de le caricaturer au Bye Bye parce que ce serait raciste?

Les signataires de la pétition vont même jusqu’à accuser le Bye Bye de faire du yellowface (visage jaune).

J’imagine qu’ils font référence à l’imitation de Lu Chan Khuong, l’ex-bâtonnière impliquée dans une histoire de vol à l’étalage. J’imagine qu’ils auraient préféré que le Bye Bye engage une comédienne asiatique plutôt que de demander à Hélène Bourgeois-Leclerc de se plisser les yeux et de parler avec un accent cambodgien?

Mais c’est ça le Bye Bye! Une troupe de comédiens imite à tour de rôle toute une panoplie de personnalités. On aime s’extasier: «Han, elle est donc bonne Véronique Claveau, elle­­ a bien imité Marina Orsini!!! Elle est pareille, pareille!».

Avez-vous entendu la communauté italienne se plaindre qu’on n’avait pas pris une comédienne italienne pour imiter Marina?

Le plus ironique c’est que Radio-Canada pensait bien faire et éviter une controverse. Ils se sont sûrement dit: «Au lieu de demander à un des acteurs de la troupe du Bye Bye de se teindre le visage en noir pour incarner Bugingo, on va engager Brathwaite et tout le monde va nous applaudir». Ben non! La controverse a lieu quand même.

Comment disent les Anglais? Ah oui! «Damned if you do, damned if you don’t».

2016 LAVE PLUS BLANC

Finalement, pour toute l’année 2016, espérons qu’aucun membre d’aucune minorité visible ne commette le moindre faux pas ou qu’aucun sportif issu d’une communauté culturelle ne s’illustre en donnant des millions à un hôpital pour enfants.

Comme ça, le Bye Bye 2016 et toutes les autres revues de fin d’année n’auront personne d’autre que des Blancs pâles à imiter.

Et là, les moustiques seront contents.