/sports/hockey/canadien
Navigation

Héros malgré tout

Même s’ils traversent une période difficile, les joueurs du CH sont adulés

Coup d'oeil sur cet article

Les défaites s’accumulent, les vaines explications aussi, mais la vie continue chez le Canadien. Pendant que l’équipe a eu congé d’entraînement jeudi, deux de ses éléments clés, Max Pacioretty et Alex Galchenyuk, ont continué leur implication communautaire, avec un sourire parfois forcé, malgré la tempête frappant les «Glorieux».

Les deux attaquants ont effectué des sorties publiques distinctes, oubliant momentanément l’effroyable disette du Tricolore.

Au Complexe sportif Bell de Brossard, Pacioretty a confirmé son appui à Cannelle boulangerie, une entreprise offrant des produits sans gluten.

 Max ­Pacioretty a ­participé, en ­compagnie de jeunes, à une ­promotion pour une ­entreprise offrant des produits sans gluten.
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean
Max ­Pacioretty a ­participé, en ­compagnie de jeunes, à une ­promotion pour une ­entreprise offrant des produits sans gluten.

Son coéquipier a pour sa part fait une visite-surprise aux jeunes des Sieurs de Terrebonne, une équipe qui participera au Tournoi international pee-wee de Québec.

En mode arrêt

Toutefois, les journalistes sur place ont rapidement rappelé aux deux principaux intéressés la triste séquence amorcée le 3 décembre.

«Je suis ici devant vous et je ne ressens pas le besoin de me cacher, a commenté le capitaine. Parfois, vous devez placer l’interrupteur en mode arrêt et éviter de parler hockey 24 heures sur 24. C’est très important de se détendre et aujourd’hui [jeudi], il fallait que je sois ici. [...] On a congé et demain [vendredi], ce sera un autre jour. Mais je veux me réveiller le matin en me disant que j’ai tout donné la veille.»

«Dans la vie, il y a plus que le sport. Oui, on essaie de gagner, mais je dois également rendre les enfants heureux, a dit Galchenyuk. Nous sommes dans le marasme et on veut s’en sortir. Cependant, il ne faut pas penser à soi-même uniquement: il y a les enfants aussi.»

Réconfort

Aux yeux des deux hommes, il vaut mieux prêter actuellement l’oreille aux conseils des proches et non pas aux critiques émanant de partout.

«Dans les moments durs, l’appui de la famille est primordial, a déclaré Pacioretty. La mienne croit en moi, ma femme [Katia Afinogenova, ancienne joueuse de tennis professionnelle] a beaucoup d’expérience et ça m’aide. La pression, elle connaît ça aussi. Et son frère [Maxim Afinogenov] a joué 10 ans dans la Ligue nationale.»

De son côté, Galchenyuk a pu trouver du positif chez ses jeunes admirateurs, qui ont d’ailleurs tous reçu un bâton Bauer flambant neuf.

«C’est mon joueur préféré, car il a des mains et son lancer est l’un des meilleurs, a mentionné le défenseur des Sieurs Étienne Lessard. Pour les séries, il y a encore de l’espoir!»

«Alex a marqué tout un but hier ­[mercredi contre les Sabres de Buffalo] et j’espère qu’il en aura d’autres comme ça», a renchéri l’ailier gauche Emrick Paradis, qui prédit une qualification du Canadien en séries éliminatoires.

► Le Canadien a annoncé l’embauche de l’attaquant Shane Bakker, jeudi, lui ­octroyant un contrat d’essai pour 25 matchs avec les IceCaps de St. John’s. Mesurant 6 pi 4 po et pesant 210 livres, Bakker a récolté 6 mentions d’aide en 20 matchs avec les Nailers de Wheeling, dans la Premier AA Hockey League (ECHL), cette saison.

Galchenyuk : « Je crois en nous »

Le Canadien a récolté un grand total de cinq victoires depuis le 3 décembre et plusieurs se demandent s’il y a encore des capitaines dans ce bateau qui ne cesse de sombrer. Toutefois, cela n’empêche pas Alex Galchenyuk de croire au miracle.

Questionné au sujet d’un manque plausible de leadership tant dans le vestiaire qu’au sein du personnel d’instructeurs, l’attaquant a refusé de blâmer quiconque, et ce, après avoir émis un plaidoyer en faveur de son équipe.

«Pour cet aspect, je pense que c’est à vous, les médias, d’en faire l’analyse. De notre côté, nous savons qu’il faut gagner et l’important est de rester positif, a-t-il dit. On doit trouver le moyen de remporter des matchs comme celui d’hier [mercredi], où nous avons laissé filer une avance. Le problème est ­davantage la confiance qui n’est pas là.»

«Je crois en nous! Nous avons les outils nécessaires pour réussir à atteindre les séries éliminatoires. Au début de la saison, on savait que ce serait difficile. Toutes les équipes sont prêtes à jouer, a-t-il poursuivi. On doit maintenant se concentrer à faire les bons jeux durant les rencontres et réduire les erreurs.»