/finance
Navigation

Baisse du chômage au Québec, mais pertes d'emplois

Bloc construction, chantier
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec comptait près de 14 000 emplois à temps plein de plus en janvier qu'en décembre, mais 17 000 emplois à temps partiel de moins, pour une perte nette de 3000 emplois, révèlent les données mensuelles sur l'emploi de Statistique Canada, diffusées vendredi.

Le taux de chômage a tout de même diminué de trois dixièmes de point de pourcentage en janvier par rapport au mois précédent, à 7,6%, en bonne partie due au retrait de quelque 14 000 personnes de la vie active.

Sur une période 12 mois, il s'est créé 30 500 emplois dans la province entre janvier 2015 et janvier 2016, encore là grâce à une forte croissance de l'emploi à temps plein (+67 500), contrebalancée par des pertes dans l'emploi à temps partiel (-37 000).

À ce titre, le Québec affiche la plus forte croissance de l'emploi à temps plein au Canada, après l'Ontario, en cours des 12 derniers mois. Six des neuf autres provinces ont connu plutôt des pertes d'emplois de cette catégorie, dont l'Alberta avec une baisse de 73 000 jobs en 12 mois.

D'ailleurs, l'Alberta a maintenant un taux de chômage presque identique à celui du Québec, à 7,4%.

Au Québec, ce sont surtout les industries manufacturière et de la construction qui ont bénéficié d'une forte croissance en janvier, alors que les administrations publiques (fédéral, provincial, municipal) comptaient 1700 salariés de moins. D'ailleurs, la faiblesse du dollar semble donner des ailes au secteur manufacturier puisqu'il y avait 15 000 emplois de plus dans cette industrie en janvier 2016 qu'en janvier 2015.

Dans l'ensemble du pays, l'emploi était presque inchangé en janvier (perte total de 5 700), et le taux de chômage a légèrement augmenté pour s'établir à 7,2 %.

Au cours des 12 mois ayant pris fin en janvier, l'emploi a progressé de 0,7 % (+126 000). Durant la même période, le taux de chômage est passé de 6,6 % à 7,2 %, la population active ayant augmenté à un rythme plus rapide que celui de l'emploi.