/investigations/justice
Navigation

Les Hells pourraient revenir à Trois-Rivières

Hells
Photo courtoisie La section de Trois-Rivières aux alentours de 2008, avec notamment l’influent Normand «Casper» Ouimet.

Coup d'oeil sur cet article

Les Hells Angels du Québec n'ont pas mis de temps à se réorganiser. Les motards criminels seraient sur le point de rouvrir leur section de Trois-Rivières inactive après que la police eut neutralisé l'organisation criminelle en 2009 avec l'opération SharQc.

Selon les informations obtenues par notre Bureau d'enquête, au moins un individu a été aperçu au cours des derniers jours avec l'écusson de la section trifluvienne des Hells.

Si le chapitre de Trois-Rivières reprend du service, il s'agira du deuxième à être rouvert après l'avortement des mégaprocès découlant de l'opération policière SharQc en octobre dernier.

En effet, le chapitre South des Hells a lui aussi été réactivé en novembre.

Le club de moto hors-la-loi serait donc en passe d'avoir trois de ses cinq chapitres en activité au Québec: Montréal, South et Trois-Rivières, tandis que Québec et Sherbrooke sont toujours «gelés», dans le jargon des motards.

Un chapitre «gelé» est un chapitre qui ne dispose pas des six membres en liberté nécessaires au maintien de ses opérations.

Depuis que la majorité des motards criminels québécois sont en liberté, la police a intensifié sa surveillance.

«La lutte contre le crime organisé sur l'ensemble du territoire québécois est une des priorités de la Sûreté du Québec et de ses partenaires, affirme le capitaine de la SQ Guy Lapointe. Les clubs de motards hors-la-loi ne font pas exception.»

Visibilité

Les Hells considèrent avoir fait un véritable pied de nez à la justice avec l'avortement du procès SharQc. Depuis, ils se sont fait voir avec leurs couleurs à deux reprises: lors des funérailles de Lionel Deschamps à Repentigny et pour le 38e anniversaire de fondation du chapitre de Montréal, célébré à Sainte-Anne-de-Sorel le 5 décembre dernier.

«Si tu n'as pas de patch dans le dos, tu n'es plus rien, ça fait longtemps que les Hells n’avaient pas eu l'occasion de porter leurs patchs et, là, ils sont heureux de le faire», rapporte une source policière bien au fait de leurs activités.

Mais certains membres sont plus discrets. Les services de renseignements policiers présents au gala de boxe Pascal c. Kovalev le week-end dernier ont eu bien peu à se mettre sous la dent.

Seuls les Hells David Lefebvre et Christian «Fess» Ménard étaient présents, et sans leurs couleurs.