/opinion/columnists
Navigation

Maîtrisés chez nous

Coup d'oeil sur cet article

La CAQ va-t-elle saisir l’occasion qui s’offre à elle de surpasser un Parti québécois miné par la bisbille et menacé d’implosion?

La mauvaise passe de PKP ne sera pas éternelle, mais les déboires du PQ tiennent surtout au fait qu’il y a toujours eu autant de programmes politiques que de membres dans ce parti.

Or, la CAQ a moins d’effectifs, mais une plus grande cohérence interne.

Avec sa proverbiale discipline, même chez les militants, le Parti libéral du Québec risque de garder le pouvoir pendant un millénaire même si moins d’un Québécois francophone sur quatre le soutient électoralement.

Nous ne sommes donc pas «maîtres chez nous», mais bien «maîtrisés» chez nous en raison de notre division.

Coaliser les nationalistes

Avec le vote monolithique des anglophones et des immigrants en faveur des libéraux, le parti du bon docteur Couillard demeurera invincible tant que le Québec francophone se divisera.

François Legault sait que le cerveau des Québécois est alimenté par la peur d’avoir peur et que les libéraux aiment agiter le spectre de la «séparation»...

En rappelant aux électeurs que le Québec risque de perdre ses fleurons économiques un à un avec les libéraux, la CAQ peut jouer la carte nationaliste, comme le PQ, mais sans préconiser l’apeurante souveraineté.

Legault saura-t-il raccommoder les nationalistes québécois qui, en renonçant à l’éparpillement, pourraient prendre le pouvoir? C’est à souhaiter.

Pousser l’audace

La CAQ veut s’inspirer des Jean Lesage, Daniel Johnson père ou Robert Bourassa. Soit! Mais rappelons que ces trois messieurs se sont fait humilier par le Canada anglais...

Si François Legault n’a pas froid aux yeux, il n’a qu’à proclamer une constitution québécoise qui consacrera son autonomie en matière de langue, d’immigration et de culture.

Même en demeurant dans les limi­tes du cadre canadien, l’audace est possible.

Espérons pour Legault que, lors des prochaines élections, le débat aura lieu AVANT le scrutin par anticipation pour que sa performance ait un impact... contrairement à la dernière fois, où il était déjà trop tard!