/entertainment/tv
Navigation

Normand Brathwaite est un «bouffon» selon La Ligue des Noirs du Québec

Normand Brathwaite est un «bouffon» selon La Ligue des Noirs du Québec
Capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

La Ligue des Noirs du Québec a répondu aux propos controversés tenus par Normand Brathwaite lors de son passage à En Mode Salvail le 28 janvier.

La ligue des noirs c'est quatre nègres avec un Fax quelque qq ...

"La Ligue des Noirs c'est quatre nègres avec un Fax quelque qq part"La foule en Délire!!! #non #justenon #WTFTriste moment pour la télé Québécoise.On a grave besoin de Faire mieux. N*gre ! Je recommande pas, non!#Jesuispasnormand #normandbrathwaite#pimentfort #vtele #enmodesalvail #ericsalvail #quebec

Posted by René-Frantz Renzel on Thursday, February 4, 2016

«Moi la Ligue des Noirs, je n’ai jamais voté pour eux. Je m’excuse, je ne sais pas c’est qui. C’est quatre nègres avec un fax quelque part dans un bureau», a déclaré l’animateur de Piment fort avant d’expliquer le choix de ses mots : « [...] le mot nègre est un beau mot. Le problème avec ce mot-là, c’est qu’on met “osti de” avant. Mais c’est un beau mot, dont je suis fier.»

Quatre nègres avec une mission et un engagement

Évidemment, les propos de Brathwaite n’ont pas tardé à faire réagir les principaux concernés, qui croient fortement que leurs actions ont «directement ou indirectement» aidé l’artiste à se trouver un travail à la télévision:

«Ces quatre nègres avec un fax (qui sont souvent 200, 500 et bien au-delà de mille) se sont donné une mission et ont pris un engagement d’aider les membres de la communauté noire qui sont en difficulté. [...] En essayant de suivre votre parcours au Québec, il nous est difficile de vous considérer comme un (héros), comme un modèle de la communauté noire et de la société québécoise. Le rôle que vous jouez habituellement à la télévision ressemble plutôt à celui d’un bouffon qui ne donne pas l’impression de connaître l’histoire ni les problématiques de notre communauté. Vos valeurs ne sont pas celles que nous essayons de promouvoir parmi les membres de notre communauté et auprès de la société québécoise», peut-on lire sur le site officiel de l’organisation.

La Ligue des Noirs du Québec a aussi tenu à informer Normand Bratwhaite sur l’histoire de la communauté noire :

«Le mot Nègre ou Nigger semble bon pour vous; c’est votre affaire, mais pas la nôtre. La communauté noire a connu de nombreux drames et vécu plusieurs moments de crise. Citons la mort d’Anthony Griffin, de Marcellus François, de Martin Suazo et de bien d’autres... Citons aussi les nombreux cas de profilage racial notamment celui où quatre jeunes de la communauté ont été accusés, arrêtés et emprisonnés pour un viol collectif qu’ils n’ont jamais commis. Sans oublier les manifestations qui ont été organisées par la Ligue pour lutter contre la discrimination dans l’industrie du taxi et la libération de Nelson Mandela et beaucoup d’autres.»

Cliquez ici pour lire le billet en entier.

En accord avec Louis Morissette

Normand Brathwhite s’est exprimé de la sorte lorsqu’Éric Salvail lui a demandé ce qu’il pensait de la déclaration de Louis Morissette dans la dernière édition du magazine Véro. En entrevue, le producteur du Bye Bye avait révélé avoir été carrément «obligé» d’embaucher un comédien noir pour jouer le rôle du journaliste François Bugingo, s’il ne voulait pas avoir «d’ennuis». Il a aussi avoué ne pas comprendre pourquoi il faut céder aux menaces d’une poignée de gens s'il décidait de faire du blackface (se maquiller en Noir)». 

L'animateur de Piment fort, qui campait le rôle de Bugingo, a affirmé être entièrement en accord avec le mari de Véronique Cloutier.