/news/politics
Navigation

Trump craint et détesté des Canadiens

Plus de la moitié des habitants du pays préfère la candidate démocrate Hillary Clinton

Coup d'oeil sur cet article

Non seulement les électeurs canadiens détestent le candidat républicain Donald Trump, mais une majorité d’entre eux craignent de le voir accéder à la présidence américaine.

Si 54 % des répondants à un sondage Léger – Le Journal – Le Devoir dit avoir une bonne opinion de la candidate démocrate Hillary Clinton, près des trois quarts n’ont que des mauvais sentiments à l’égard du républicain Donald Trump.

La simple possibilité que le magnat milliardaire devienne le prochain président des États-Unis est une source d’inquiétude pour la majorité des Canadiens (65 %). En revanche, seulement 19 % des électeurs sondés croient qu’il a de réelles chances de l’emporter le 8 novembre prochain.

Le controversé candidat républicain, qui a notamment proposé de fermer les frontières américaines aux musulmans pour protéger le pays de la menace terroriste, mène présentement dans les intentions de vote au New Hampshire où se tiennent les élections primaires aujourd’hui.

Les Canadiens avec Hillary

La plupart des Canadiens (54 %) préfèrent Hillary Clinton. Celle qui pourrait devenir la première femme élue à la présidence américaine devra cependant commencer par remporter les primaires démocrates, ce qui n’est pas encore gagné.

Si madame Clinton a la cote au pays, on est toutefois loin du taux d’appui de 80 % qu’obtenait Barack Obama il y a quatre ans auprès des électeurs canadiens.

Le sénateur du Vermont, Bernie Sanders, qui devance maintenant Mme Clinton dans les intentions de vote chez les démocrates du New Hampshire, obtient tout de même l’appui de près du tiers des répondants au sondage Léger (31 %).

«Mais la majorité des Canadiens ne savent pas qui il est», observe le sondeur Christian Bourque, de chez Léger.

Le même phénomène se produit avec d’autres candidats républicains comme Ted Cruz ou Marco Rubio, qui sont de purs inconnus pour près d’un Canadien sur deux.

Jeb Bush s’en tire un peu mieux sur le plan de la notoriété grâce au nom de famille qu’il porte, ce qui, vraisemblablement, fait aussi en sorte que 37 % des Canadiens ont une mauvaise opinion de lui.