/news/education
Navigation

L’Académie française s’oppose à l’orthographe simplifiée

L’Académie française s’oppose à l’orthographe simplifiée
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Hélène Carrère d'Encausse de l’Académie française a affirmé que l’institution s’opposait à l’orthographe dans la sa version simplifiée.

Proposée en 1990, cette orthographe simplifiée devait faire son apparition dans les manuels scolaires prochainement.

Selon ce que rapportait le magazine français L’Express, l’Académie avant apporté un accord de principes sur certains changements orthographiques proposés en 1990 mais pas sur l’ensemble des réformes proposées.

«Je n'ai pas compris les raisons qui expliquent l'exhumation d'une réforme de l'orthographe élaborée il y a un quart de siècle et où l'Académie française n'a eu aucune part, à l'inverse de ce que l'on a voulu faire croire»

La secrétaire de l’Académie est formelle: «La position de l'Académie n'a jamais varié sur ce point: une opposition à toute réforme de l'orthographe mais un accord conditionnel sur un nombre réduit de simplifications qui ne soient pas imposées par voie autoritaire et qui soient soumises à l'épreuve du temps.»

Selon Hélène Carrère d'Encausse, la réforme othographique est devenue un enjeu crucial sur le plan de de l’éducation: «un élève sur cinq quitte l'école sans savoir lire. Le problème n'est donc plus d'offrir des facilités aux élèves, de conserver ou non l'accent circonflexe, mais de revoir totalement notre système éducatif», a-t-elle commenté.