/news/health
Navigation

Le Fentanyl trop accessible selon eux

Les timbres transparents de Fentanyl se collent sur la peau pendant trois jours.
Photo courtoisie Les timbres transparents de Fentanyl se collent sur la peau pendant trois jours.

Coup d'oeil sur cet article

Une résidente de l’Outaouais qui a perdu son meilleur ami après une surdose de Fentanyl joint sa voix à un coroner et implore les pharmacies du Québec de resserrer les contrôles autour de ce puissant analgésique très prisé sur le marché noir.

Anéanti par la mort de sa conjointe, Alain Rochon s’est donné la mort en se collant sur le corps 44 timbres de Fentanyl, un antidouleur jusqu’à 100 fois plus puissant que la morphine.

En phase terminale d’un cancer, son ex-conjointe s’était fait prescrire de fortes doses.

«Il ne voulait plus souffrir», a confié au Journal Lise Fournel, qui était la voisine et amie proche d’Alain Rochon décédé en mars à Ripon, en Outaouais. La dame estime que les timbres de Fentanyl sont trop facilement accessibles. Et elle n’est pas la seule.

Lise Fournel, amie
Photo courtoisie
Lise Fournel, amie

Timbres usagés toxiques

À la suite du décès d’Alain Rochon, le coroner Pierre Fortin a recommandé à l'Ordre des pharmaciens du Québec de mettre sur pied un système pour que tous les timbres d'opiacés émis sur prescription soient retournés à la pharmacie une fois utilisés.

Pour en obtenir de nouveaux, il faudrait remettre les timbres usagés.

«Ce serait une façon simple et peu coûteuse de contrôler l’accès et éviter les abus», explique le coroner, ajoutant que le potentiel d’abus des timbres de Fentanyl est très élevé.

«Même usagés, les timbres conservent encore un quart de médicament à l’intérieur, ils peuvent être mâchés ou bouillis», dit-il.

400 $ au marché noir

Selon le coroner Fortin, un timbre usagé peut d’ailleurs se vendre jusqu’à 400 $ sur le marché noir.

De là l’idée d’exiger de les rapporter en pharmacie pour prévenir les abus.

«C’est une piste intéressante», convient la directrice générale de l’Ordre des pharmaciens du Québec, Manon Lambert.

Elle estime cependant que ce n’est qu’une solution partielle, car en limitant l’accès au Fentanyl, les toxicomanes se tourneront vers une autre drogue.

«Le Fentanyl émerge depuis que les pilules d’Oxycodone sont devenues incassables et donc impossible d’en abuser comme avant», rappelle-t-elle.

Selon Mme Lambert, l’Ordre des pharmaciens, ainsi que ses collègues médecins, infirmiers, vétérinaires et dentistes cherchent ensemble une façon d’enrayer le problème.

«La balle est dans notre camp», dit-elle.

Exemple ontarien

Déjà 45 villes ontariennes ont mis en place un programme comme celui recommandé par le coroner Pierre Fortin.

Les élus ontariens ont aussi voté en faveur d’un projet de loi pour instaurer le système à la grandeur de la province cet automne.

La porte-parole du Parti québécois en matière de santé, Diane Lamarre, elle-même pharmacienne de profession et autrefois présidente de l’Ordre, voit d’un bon œil ce que fait la province voisine et estime que le «Fentanyl mérite d’être plus surveillé».

Un analgésique puissant

Les timbres transparents de Fentanyl se collent sur la peau pendant trois jours.
Photo courtoisie
  • Jusqu’à 100 fois plus puissant que la morphine et 40 fois plus puissant que l’héroïne
  • Au Canada, on dénombre au moins 655 décès causés par le Fentanyl depuis 2009, soit un décès tous les trois jours
  • Le premier timbre de Fentanyl a été commercialisé au Canada en 1992
  • Le Fentanyl est la cause directe d’au moins 47 décès par surdose au Québec, entre 2009 et 2014
  • Le Centre antipoison du Québec rapporte 152 consultations téléphoniques pour intoxication potentielle au Fentanyl de 2005 à 2011

Source: Centre canadien de lutte contre les toxicomanies