/sports/hockey
Navigation

Maintenir le cap

L’avenir des Oilers passe par Connor McDavid.
photo usa today L’avenir des Oilers passe par Connor McDavid.

Coup d'oeil sur cet article

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les Oilers pourraient encore terminer au dernier rang de l’Association de l’Ouest pour la quatrième fois dans les six dernières saisons.

Le nouveau directeur général de la formation d’Edmonton, Peter ­Chiarelli, avoue que les attentes étaient différentes cette saison; mais pas question pour lui de dévier de son plan. «Ce que je souhaitais lorsque j’ai pris les rênes de cette équipe, c’était de voir un groupe qui s’améliore et qui progresse, souligne l’ancien directeur général des Bruins. Est-ce qu’on est encore sur la voie qu’on voulait suivre? Tout à fait.»

Pourtant, il serait facile pour Peter Chiarelli de regarder la situation dans son ensemble et de décider de faire le ménage. Il y a peu de formations qui ont connu autant de difficultés au cours des dernières années avec un groupe d’attaquants aussi talentueux. Mais, présentement, il veut encore se donner du temps. «J’aimerais me donner une saison complète, sinon une saison et demie, avant de prendre des décisions, parce que je veux connaître mieux mes joueurs. En même temps, je dois être patient parce que je regretterais de manquer une occasion de faire une transaction avec des joueurs qui ne sont pas encore disponibles. Il faut de la patience et reconnaître que tout est une question de timing.»

Grands défis

Avouons que les Oilers ont de très bons attaquants. Taylor Hall, Connor McDavid, Jordan Eberle, Ryan Nugent-Hopkins, Nail Yakupov et Leon Draisaitl ont été des choix de premières rondes dans les dernières années et la stratégie de l’ancienne direction était de gagner grâce à l’attaque et non grâce à la défensive. Aujourd’hui, il est évident que cette stratégie n’est pas la bonne et c’est pourquoi il faut s’attendre à ce qu’il y ait des changements à la ligne bleue et cela commence avec Justin Schultz qui devrait être échangé d’ici la fin du mois. «Notre problème est à cinq contre cinq. Pour connaître du succès à ce chapitre, il faut avoir le bon personnel, être bien préparé et faire attention aux détails. Je vais devoir trouver un ou deux joueurs pour qu’on s’améliore à ce chapitre. Ce n’est rien de sexy, mais c’est une priorité.»

L’autre problème des Oilers, c’est qu’ils ont très peu de journées d’entraînement, ce qui est souvent le cas avec les formations qui évoluent dans l’Association de l’Ouest. «Quand je pense à tout le temps que j’avais avec Claude Julien à préparer les entraînements avec lui. C’est de cette façon que les équipes s’améliorent. C’est un luxe qu’on n’a pas présentement.»

L’avenir passe par McDavid

La dernière chose que veut faire ­Peter Chiarelli, c’est mettre de la pression sur McDavid, son joueur vedette. Parce que, même s’il reconnaît le talent de ce jeune joueur, on ne sait toujours pas si sa carrière sera aussi prolifique qu’on s’y attend. «Je regarde parfois en reprise des jeux qu’il est en mesure de faire et on parle ici d’un joueur qui a un talent spécial. Il fait des gros jeux et souvent à une très grande vitesse. Ma question est de savoir comment il va réagir à toute l’attention qui est autour de lui. Il est très mature pour son jeune âge, 19 ans, et il respecte énormément les vétérans. C’est un bon coéquipier et quelqu’un qui a le goût de gagner. Il veut constamment s’améliorer. Il me fait penser à Patrice Bergeron et Zdeno Chara qui ont toujours tenté de repousser leurs limites.»

Si les Oilers terminent au dernier rang cette saison, il serait surprenant que ça survienne une autre fois au cours des prochaines années. Comme le souligne Peter Chiarelli, avec autant de talents, les choses peuvent changer rapidement. Si seulement cette équipe avait au moins un ­défenseur de premier plan.

PURCELL SERA ÉCHANGÉ

Les Oilers ont réfléchi à l’idée d’accorder une prolongation de contrat à l’attaquant Teddy Purcell; mais du fait que les chances de l’équipe de faire les séries sont minces, il est fort probable qu’il sera échangé d’ici deux semaines. Les Blackhawks sont parmi les équipes qui ont démontré un intérêt à son endroit. Pour ce qui est de Ryan Nugent-Hopkins, il ne sera pas échangé d’ici la date limite des transactions. Il n’est pas sur le marché présentement, mais on verra si Peter Chiarelli va sacrifier un jeune attaquant cet été afin d’améliorer sa défensive poreuse.

VERS UNE ENTENTE AVEC ARIZONA STATE

Ce n’est probablement pas avec le Sun de Phoenix (NBA) que les Coyotes vont s’associer pour construire un nouvel amphithéâtre, mais plutôt avec l’université Arizona State qui a une équipe de hockey depuis quelques années. Le nouvel aréna serait construit à Tempe et les Coyotes devraient attendre trois autres saisons avant de déménager dans le nouvel amphithéâtre. D’ici à ce qu’une annonce officielle soit faite, il sera intéressant de voir où les Coyotes vont jouer parce que le niveau d’animosité avec la ville de Glendale est encore grand. Une chose est certaine, les Coyotes ne joueront plus dans cette ville d’ici trois ans et c’est pourquoi ils doivent rapidement trouver une solution à ce problème rapidement.

LARKIN, LA RECRUE DE L’ANNÉE

Sans Dylan Larkin cette saison, les Red Wings auraient beaucoup de difficultés à simplement espérer participer aux séries cette saison et si ce n’était pas du changement d’entraîneur (Mike Babcock a quitté vers Toronto), il est fort possible qu’il jouerait encore pour l’université du Michigan. Larkin a profité du fait que Jeff Blashill allait devenir le prochain entraîneur des Red Wings pour jouer sous ses ordres à Grand Rapids (LAH) en série le printemps dernier. Il y a un an, le jeune joueur américain n’avait aucune idée de son avenir et aujourd’hui même si Artemi Panarin (Chicago) domine au chapitre des points, Larkin a un impact plus grand sur son équipe avec sa fiche de +25 et c’est pourquoi il devrait remporter le titre.