/entertainment/movies
Navigation

Affaire Claude Jutra: le gala des Jutra dans l'embarras

Affaire Claude Jutra: le gala des Jutra dans l'embarras
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Les organisateurs de La soirée des Jutra ont décidé de prôner la prudence au sujet des allégations de pédophilie contre Claude Jutra évoquées dans une nouvelle biographie sur le défunt cinéaste qui sort en librairie aujourd’hui.

Après s’être réuni d’urgence hier matin, le comité exécutif de l’organisme Québec Cinéma (l’organisme qui chapeaute la Soirée des Jutra) a choisi de ne pas agir de façon précipitée, mais de «prendre acte des passages controversés» du livre – qui soutient que Claude Jutra a eu des relations intimes avec de jeunes garçons.

L’organisme a donc annoncé qu’elle créait un conseil de sages pour suivre le dossier et faire des recommandations.

La possibilité de rebaptiser le gala des Jutra a été évoquée, mais les gens de Québec Cinéma ont préféré faire preuve de prudence.

«Tout va très vite et c’était important pour nous de ralentir le rythme de cette controverse, explique la directrice générale de Québec Cinéma, Ségolène Roederer.

«Nous prenons ces allégations très au sérieux, mais il faut rappeler que pour l’instant, ce sont des sources anonymes, et qu’il n’y a pas d’accusation légale. Il y a peu de faits et beaucoup de ouï-dire.»

La ministre réagit

Questionnée sur le sujet hier, la ministre de la Culture, Hélène David, s’est aussi montrée prudente: «Nous sommes tous prudents par rapport à quelque chose qui ne porte ni visage ni nom. [...] Une allégation confirmée, cela veut dire d’habitude qu’il y a eu un procès. Quand on sera rendus là, on regardera les choses de très près. Pour l’instant, il n’y a rien de prouvé. On parle de quelqu’un qui est décédé et de victimes supposées qui ne se sont pas manifestées, alors prudence.»

Pour Jean Gosselin, un stratège en communications et spécialiste de l’image, l’organisation des Jutra se trouve néanmoins dans une situation délicate: «L’opinion publique est cruelle pour ce genre d’histoires, surtout avec des sujets aussi sensibles que la pédophilie. La plupart des gens vont se faire une opinion sans avoir lu la biographie. Et avec les réseaux sociaux, le public rend son verdict rapidement et le fait sans nuances.»

Dans un livre intitulé Claude Jutra: Biographie, l’auteur Yves Lever soutient que le célèbre cinéaste québécois Claude Jutra avait un penchant pour les jeunes garçons et qu’il a eu des relations intimes avec des adolescents «de 14 ou 15 ans», dans les années 60 et 70.
Photo courtoisie
Dans un livre intitulé Claude Jutra: Biographie, l’auteur Yves Lever soutient que le célèbre cinéaste québécois Claude Jutra avait un penchant pour les jeunes garçons et qu’il a eu des relations intimes avec des adolescents «de 14 ou 15 ans», dans les années 60 et 70.

L’auteur du livre, Yves Lever, avoue qu’il ne s’attendait pas à ce qu’un court passage de son œuvre (environ 4 pages) provoque des réactions aussi fortes. L’ancien professeur de cinéma affirme qu’il souhaitait d’abord dépeindre la personnalité complexe de Jutra.

«Quand j’ai écrit le livre, on m’a suggéré de traiter ce passage en disant simplement qu’il aimait les jeunes garçons sans employer le mot pédophilie, explique M. Lever.

«Mais je me suis dit que si je ne le faisais pas, quelqu’un d’autre le ferait à ma place. Je l’ai fait, mais je ne m’attendais pas à ce que ça rebondisse aussi fort.»