/investigations/health
Navigation

Un riche et discret pharmacien

Il a bâti un empire de la pharmacie en ayant notamment recours à une convention de prête-nom

Jonatha
Photo Courtoisie Jonathan-Yan Perreault (à droite) en compagnie de l’ancien président du Groupe Uniprix, François Castonguay, lors de l’ouverture d’une succursale à l’hôpital Pierre-Boucher.

Coup d'oeil sur cet article

Éric Yvan Lemay et Jean-François Cloutier 

Un jeune pharmacien est devenu, en six ans à peine, un véritable roi des pharmacies au Québec grâce à l’acquisition d’au moins trente-sept pharmacies. Son ascension rapide cache toutefois une réalité surprenante: son nom n’apparaissait pas au registre des entreprises pour certaines des pharmacies dont il est actionnaire, et il a même eu recours à une convention de prête-nom.

Même si le nom de Jonathan-Yan Perreault résonne peu dans le grand public, il est toutefois bien connu dans le milieu de la pharmacie.

Appuyé par la haute direction d’Uniprix et du géant américain McKesson, ce pharmacien de 36 ans a réussi le tour de force de bâtir un réseau qui s’étend aux quatre coins du Québec, entre 2009 et 2015. Selon nos informations, plusieurs jeunes pharmaciens se sont joints à Perreault pour obtenir une pharmacie affiliée à Uniprix. Une seule pharmacie peut valoir de 1 à 10 millions $.

Son expansion rapide s’est faite dans les années suivant la tentative ratée d’achat des actions du groupe Uniprix par la multinationale McKesson qui approvisionne 6300 pharmacies au Canada. Les pharmaciens-propriétaires affiliés à Uniprix avaient alors rejeté l’offre des Américains.

 

Ci-contre, une de ses pharmacies.
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse
Ci-contre, une de ses pharmacies.

Expansion rapide

Comment Perrault a réussi cet exploit demeure nébuleux, car le principal intéressé a refusé toute demande d’entrevue et a même signifié, par la plume de son avocat, qu’il ne voulait plus être importuné personnellement, toutes demandes d’entrevues devant passer par son avocat.

Très discret, il n’a à peu près jamais parlé à des médias. Uniprix a pour sa part répondu à la plupart de nos questions en mentionnant qu’il s’agissait «d’information de régie interne» (voir autre texte). Elle a de plus refusé de nous fournir la liste des pharmacies qu’il possédait.

Même discrétion chez McKesson qui possède la bannière Proxim. C’est grâce à différentes sources et une recherche exhaustive au registre des entreprises que notre Bureau d'enquête découvert qu’il était impliqué dans au moins 34 pharmacies Uniprix et trois pharmacies Proxim.

 

Ci-contre, une de ses pharmacies.
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse
Ci-contre, une de ses pharmacies.

Prête-nom

Un litige entre Perreault et une de ses associées a toutefois permis de lever le voile sur ce qui pourrait faire partie de la recette à succès du pharmacien-entrepreneur. En effet, dans une requête contre son ancienne associée Geneviève Deschênes, on apprend qu’il a eu recours à une convention de prête-nom signée par son associée.

Voici un extrait de cette convention: «Je reconnais et je déclare que malgré tous [sic] document, déclaration, formulaire indiquant que je détiens cent pour cent (100 %) de la totalité de la pharmacie située au 2745, boul. Lapinière à Terrebonne, province de Québec, J6X 0G3, et opérée sous la bannière Uniprix... en réalité, je ne détiens que cinquante pour cent (50 %) de la pharmacie, détenant cinquante pour cent (50 %) de celle-ci pour et au nom de Jonathan-Yan Perreault, son véritable propriétaire.»

Notons qu’en principe, l’utilisation d’une convention de prête-nom est parfaitement légale, sous réserve du respect des obligations imposées par l’Ordre des pharmaciens du Québec.

Curieux hasard

Au cours des dernières semaines, notre Bureau d’enquête a découvert au moins six autres pharmacies où le nom de Perreault n’était pas indiqué sur la bannière ou au registre des entreprises du Québec. Deux de ces pharmacies sont situées à Granby, deux à Montréal, une à Dolbeau-Mistassini et une à Vaudreuil-Dorion.

Curieusement, son nom a été ajouté au registre des entreprises au cours des dernières semaines pour cinq d’entre elles, alors que notre Bureau d’enquête posait des questions à différentes personnes sur le sujet.

Divulgation des propriétaires

À l’Ordre des pharmaciens du Québec, la question des prête-noms est prise au sérieux. Sans vouloir commenter directement le cas des pharmacies Perreault, on indique que les pharmaciens propriétaires doivent faire une déclaration assermentée concernant l’identité des propriétaires au moment de l’ouverture.

«C’est extrêmement important que les déclarations soient véridiques. Il y a des obligations auprès de l’Ordre, mais aussi au fédéral avec les lois sur les stupéfiants», indique la directrice générale de l’Ordre, Manon Lambert.

 

Du financement de McKesson

 
Jonathan-Yan Perreault et ses associés ont pu bénéficier de programmes de la multinationale McKesson pour obtenir du financement. Selon un proche de Perreault, la multinationale aidait financièrement les pharmaciens Uniprix au moment de l’acquisition. Ce dernier indique que, comme Perreault avait fait plusieurs acquisitions, «tu sais sur quel piton appuyer pour les faire participer un peu plus.
 
À la fin, c’est le grossiste qui décide d’embarquer, c’est une décision d’affaires.» 
 
Le grossiste, une multinationale américaine avec un chiffre d’affaires de plusieurs milliards, a dû verser 40 millions $ en 2013 à la RAMQ pour avoir fait profiter d’ententes de conformité des pharmaciens du groupe Uniprix. Selon ces ententes, un pharmacien devait s’approvisionner auprès de McKesson selon un pourcentage préétabli en échange de rabais sur des produits de marque maison. Selon le groupe Uniprix, l’entente signée en 2009 a été modifiée depuis. «Les stratégies établies entre un regroupement d’achats, ses affiliés et leurs partenaires d’affaires sont de régie interne», nous a répondu le porte-parole d’Uniprix, Pierre Gince.
 

Des prête-noms pour voter?

 

Dans un affidavit détaillé à la cour, on allègue qu’«en utilisant des prête-noms, le demandeur (Perreault) peut contourner la volonté des actionnaires d’Uniprix et me forcer à voter selon ses désirs lors des assemblées, sous peine de menaces diverses». 
 
Toujours selon l’affidavit, Perreault s’était vu imposer une limite maximale de dix votes à titre d’actionnaire alors qu’il en possédait une quantité supérieure.

 

Imposé par Uniprix?

 
Dans la requête déposée en cour par Jonathan-Yan Perreault contre une de ses associées, on cite un courriel de la pharmacienne avec qui il était copropriétaire de trois pharmacies à Terrebonne. Le litige portait sur des problèmes de liquidités et la reconnaissance de la propriété à Jonathan-Yan Perreault d’une des pharmacies. Ce dernier refusait d’être le seul à injecter des fonds supplémentaires dans la pharmacie en difficulté financière.  
 
Il a indiqué dans sa requête le contenu d’un courriel attribué à Geneviève Deschênes. «Pour ton information et celle de tous les gens joints au présent email, la seule et unique raison de pourquoi Jonathan Perreault a été imposé dans le projet de la Pinière c’était car il avait le ‘cash’ comme me l’a très bien fait comprendre Marc Leclerc (vp développement des affaires d’Uniprix). Alors, dans de telles circonstances, la personne qui a le fameux «cash» est celle indiquée pour pallier aux [sic...] manques de liquidité». Le litige s’est réglé hors cour l’an dernier. 
 
La direction d’Uniprix soutient que le processus d’attribution des pharmacies est ouvert. «Il existe au Groupe Uniprix, un mécanisme qui permet à tous les actionnaires (propriétaires d’au moins une pharmacie affiliée à la bannière Uniprix) d’être mis au courant lorsque des pharmacies affiliées sont à vendre ou que des actionnaires sont à la recherche de partenaires», nous a-t-on écrit par courriel.
 

Une fortune colossale

 

Jonathan-Yan Perreault a rapidement bâti un véritable petit empire qui l’a rendu très riche.
 
Selon les documents consultés par notre Bureau d’enquête, il dispose de facilités de crédit de 200 millions $ auprès de la Banque Nationale qui peuvent servir dans l’acquisition de pharmacies. Au total, la banque a pris des garanties hypothécaires totalisant 230 millions $. 
 
En 2013, il a acheté l’une des maisons les plus chères jamais vendues dans la région de Québec. Il a payé 3,4 millions $ pour cette propriété de Lac-Beauport, qui appartenait au hockeyeur Simon Gagné. 
 
Un an plus tôt, il avait hypothéqué sa résidence principale de Mont-Tremblant pour un montant de 1,6 million $. Il avait acquis cette propriété pour 365 000 $ en 2010. 
 
Selon nos informations, c’est lui qui investit l’argent dans plusieurs des pharmacies où il est associé grâce à l’argent provenant de son imposant syndicat bancaire. Selon un de ses collaborateurs, ce syndicat bancaire est l’un des plus gros au Canada et lui a permis de soutenir sa croissance. 
 
En plus de la Banque Nationale, il a également obtenu du financement de la Banque TD. Dans certains cas, le pharmacien ou la pharmacienne qui apparaît comme coactionnaire est embauché à forfait et rémunéré en fonction du nombre d’heures travaillées.
 
Propriété de Lac-Beauport
Jonatha
Photo ANNIE T. ROUSSEL

3,4 millions $