/world/usa
Navigation

Du «parmesan» qui contient plusieurs fromages et même du bois

spaghetti bolognese closeup
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Aux États-Unis, un fabricant de produits étiquetés «100 % Parmesan» fait face à la justice après avoir utilisé d’autres types de fromages (suisse, cheddar, mozzarella) au lieu du parmesan ainsi que des proportions trop élevées de cellulose, un additif alimentaire provenant de la pâte de bois.

Une enquête menée depuis 2012 par la Food and Drug Administration des États-Unis a révélé qu’un fromager de la Pennsylvanie, Castel Cheese, mélangeait une foule d’ingrédients pour obtenir du pseudo «parmesan», rapporte mardi l’agence Bloomberg.

La cellulose est un additif alimentaire utilisé comme agent antiagglomérant, pour réduire l'adhésion des particules et ainsi préserver la texture des aliments. Il est tout à fait légal d’en saupoudrer pendant la fabrication du fromage aux États-Unis, mais dans des proportions qui ne dépassent pas 4 %, précise Bloomberg.

Au Canada, cet additif alimentaire est autorisé par Santé Canada dans la fabrication du fromage râpé, en filaments ou en grains, dans des proportions ne dépassant pas 2 %.

L’entreprise américaine Castel Cheese est cependant allée trop loin avec des produits «100 % parmesan» qui ne contenaient aucun parmesan. Le produit était en fait une combinaison de fromages suisse, mozarrella et cheddar blanc, avec de la cellulose et de la fécule pour augmenter le poids du produit — et par le fait même, son prix.

Castel Cheese a cessé ses activités en 2014. Sa présidente Michelle Myrter fait face à des accusations criminelles. Elle pourrait écoper d’une année de prison et d’une amende de 100 000 $.

L’abus de cellulose ne serait pas limité au fromager de la Pennsylvanie. Bloomberg rapporte que des tests menés au Wisconsin Center for Dairy Research ont révélé des taux de cellulose dépassant 8 % dans des marques de parmesan disponibles partout aux États-Unis.