/news/transports
Navigation

La population québécoise se range derrière Uber?

En quelques heures, des milliers de québécois ont signé une pétition lancée par l’entreprise américaine.

La population québécoise se range derrière Uber?

Coup d'oeil sur cet article

Uber a lancé une pétition mardi matin, afin de démontrer au gouvernement que le peuple l’appuie dans sa volonté de voir l’adoption d’une «réglementation spécifique au covoiturage urbain» au Québec.

L’entreprise américaine salue «le leadership du nouveau ministre des Transports» Jacques Daoust qui a annoncé la tenue d’une commission parlementaire sur l’industrie du taxi, mais d’ici le début des travaux parlementaires jeudi, Uber a lancé cette offensive qui est rapidement devenue virale.

En quelques heures seulement –au moment d’écrire ces lignes– plus de 18 000 personnes avaient signé la pétition, dont la joueuse de tennis Eugenie Bouchard.

Avec cette pétition, les signataires demandent au gouvernement de «travailler avec Uber afin de développer une réglementation moderne spécifique au covoiturage urbain qui assure la sécurité publique et favorise les intérêts des consommateurs.»

«Les Québécois appuient le covoiturage urbain et cette pétition offre au public une façon de faire entendre leur voix dans le débat, alors que nous nous préparons au comité parlementaire», indique Jean-Christophe de Le Rue, Associé senior aux communications chez Uber.

Selon l’entreprise, les services de covoiturage urbain sont réglementés dans plus de 70 juridictions à travers le monde.

Au Canada, Edmonton est devenue la première province à légiférer en faveur du service. Les villes de Toronto, Calgary et Ottawa doivent aussi agir au cours des prochaines semaines.