/news/transports
Navigation

Blocus sur Sherbrooke et René-Lévesque par les chauffeurs de taxis

Blocus des taxis: les chauffeurs d'UberX comparés à des vendeurs de drogue.

Blocus sur Sherbrooke et René-Lévesque par les chauffeurs de taxis
Photo REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 1000 chauffeurs de taxi occuperont des centaines de places de stationnement du centre-ville mercredi pour presser le gouvernement de faire respecter les lois dans le dossier d’Uber, qui ne manque pas de soulever les passions.

Ce qui a notamment soulevé la grogne chez ses 22 000 travailleurs québécois, c’est le fait que le gouvernement du Québec ait invité Uber à la même table qu’eux à la commission parlementaire sur le transport rémunéré de personnes par automobile, qui doit s’amorcer jeudi.

«Qu’est-ce qui arriverait si on demandait à tous les vendeurs de drogue de chaque coin de rue de s’asseoir au parlement pour aller discuter de comment il pourrait vendre de la drogue?», a illustré Benoit Jugand, porte-parole du Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM-Métallos), lors d’un point de presse tôt mercredi matin.

Le syndicat n’a pas l’intention d’abandonner son combat contre Uber. Si la situation ne change pas, les moyens de pression augmenteront dans les prochaines semaines, a indiqué M. Jugand.

«C’est inconcevable qu’hier, le premier ministre soit sorti sur Anticosti et dise qu’on va faire respecter nos lois, et maintenant, on parle des chauffeurs et on est en train de leur dire que 22 000 travailleurs au Québec ce sont des citoyens de deuxième ordre», a ajouté le porte-parole.

Les chauffeurs de taxi dénoncent également le fait que les chauffeurs d’UberX, qualifiés de bandits et de voyous par le porte-parole, aient refusé de cesser leurs opérations pendant les travaux de la commission. Pour négocier convenablement, il faut faire preuve de bonne foi, ce qui n’est pas le cas d’UberX, selon le syndicat. «C’est carrément une mascarade», a déploré M. Jugand.

De 6 h à 16 h, les conducteurs de taxis occuperont toutes les places de stationnement sur les boulevards René-Lévesque et Sherbrooke, entre les rues Crescent et Saint-Laurent. Ils bloqueront également les allées et venues des voitures Uber à l’entrée des bureaux du ministère de Transports, du palais de justice, de la tour Bell, de la place Émilie-Gamelin, de la tour de la bourse, de la tour CIBC, de la place Ville-Marie, du centre Eaton et de La Baie. Les taxis continueront toutefois de prendre des clients toute la journée.

Un rassemblement «festif» se tiendra également samedi au Casino de Montréal.