/news/politics
Navigation

Montréal va retirer le nom d’un parc et d’une rue

Coup d'oeil sur cet article

Le nom de Claude Jutra sera retiré d’une rue et d’un parc de Montréal à la suite du tollé soulevé par de présumés actes de pédophilie commis par le défunt réalisateur.

Le maire Denis Coderre estime que le nom du cinéaste a été entaché au point qu’il refuse de garder l’appellation d’un parc situé dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ainsi que d’un croissant dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

«On ne va pas défendre l’indéfendable. Je suis tout à fait d’accord qu’on enlève le nom du gala et qu’on l’efface de la toponymie montréalaise», a-t-il souligné.

Montréal prévoit aussi retirer l'oeuvre de Charles Daudelin en hommage au cinéaste qui se situe dans le parc qui porte son nom.

«La statue représente Jutra, elle appartient au défunt artiste Charles Daudelin. On va s’ajuster en conséquence, c’est certain qu’on va enlever le nom de là», a-t-il insisté.

Montréal n’a pas perdu du temps pour entreprendre les démarches pour le changement de nom.

Le maire a souligné que la Ville a contacté la Commission de toponymie du Québec mercredi matin.

M. Coderre dit se ranger derrière la ministre de la Culture, Hélène David, qui a demandé ce matin le retrait du nom Jutra du gala et des prix qui célèbrent les artisans du cinéma québécois.

Plus tôt, la ministre David avait mandaté la Commission de toponymie pour qu'elle lui remette la liste de tous les lieux qui portent le nom du défunt cinéaste. Au total, huit lieux au Québec sont nommés en l’honneur de Claude Jutra.

Le défunt réalisateur québécois est soupçonné de pédophilie. Mercredi matin, «La Presse» a publié le témoignage d’une présumée victime du réalisateur qui avait six ans au moment des agressions qui auraient duré une dizaine d’années.

Dans une biographie de 360 pages parue mardi, l’auteur Yves Lever aborde dans quatre pages «le fait que le célèbre cinéaste éprouvait une attirance pour les garçons et aurait eu des relations sexuelles avec des mineurs».