/news/politics
Navigation

Plus rien au nom de Jutra

Huit noms de rues et parc au Québec seront changés

Coup d'oeil sur cet article

Le nom de Claude Jutra va entièrement disparaître du domaine public puisque la Commission de toponymie demande à toutes les villes qui ont un parc ou une rue au nom du défunt cinéaste de les renommer.

«Nous allons appeler toutes les municipalités concernées pour leur demander de modifier le nom en regard des informations parues dans les médias concernant Claude Jutra. À terme, tous les noms portant Jutra seront changés», a confirmé le porte-parole de la Commission de toponymie du Québec, Jean-Pierre Le Blanc.

La Commission a pris cette décision à la suite d’allégations de pédophilie rapportées au cours des derniers jours dans une biographie consacrée au célèbre cinéaste.

Les propos ont été appuyés d’un témoignage accablant d’une des présumées victimes de M. Jutra paru dans La Presse + mercredi.

Huit lieux à changer

Les organisateurs de la Soirée des Jutra ont aussi annoncé que le nom du gala de célébration du cinéma québécois serait modifié, à la suite d’un appel en ce sens mercredi matin de la ministre de la Culture, Hélène David.

La Cinémathèque renommera également sa salle de projection.

Le Québec compte huit rues et parcs Claude-Jutra ou Jutra dans les villes de Montréal, Québec, Lévis, Candiac, Saint-Bruno-de-Montarville, Repentigny et Blainville.

Les quatre premières villes ont annoncé mercredi matin sans tarder qu’elles changeraient la toponymie. Ce processus pourrait prendre un certain temps.

«On ne va pas défendre l’indéfendable. Je suis tout à fait d’accord qu’on enlève le nom du gala et qu’on l’efface de la toponymie montréalaise», a insisté le maire Denis Coderre.

Changement rare

L’appellation d’un parc situé dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, ainsi que d’un croissant à Rivière-des-Prairies, sera changée.

Dans les autres villes, ce sont des rues et une place qui seront renommées.

La Commission de toponymie ne peut pas imposer le changement de nom aux villes, mais puisque quatre municipalités ont annoncé qu’elles feraient la modification, le porte-parole estime que les autres villes emboîteront le pas.

«Ce serait surprenant que les villes s’y opposent, c’est très rare que l’on enlève un nom à la suite d’une controverse, qu’on “désofficialise” une toponymie», soutient M. Le Blanc.

–Avec la collaboration d’Améli Pineda

Des résidents applaudissent son retrait

Nathalie Théorêt, résidente de la rue Jutra à Candiac, appuie la décision de la Ville de retirer le nom du cinéaste
Photo Le Journal de Montréal, Marie-Ève Dumont
Nathalie Théorêt, résidente de la rue Jutra à Candiac, appuie la décision de la Ville de retirer le nom du cinéaste

De nombreux résidents de la rue Jutra à Candiac appuient le retrait de nom du cinéaste disparu, même s’ils se retrouveront devant une tonne de paperasse pour changer d’adresse.

«Nous, tout ce qu’on a à faire, c’est de changer nos papiers, on n’a pas eu à vivre les atrocités qu’il [Claude Jutra] a fait subir à ses victimes, c’est un moindre mal», a insisté Nathalie Théorêt, résidente.

Mme Théorêt et ses voisins ainsi que les résidents des six autres rues nommées Claude-Jutra ou Jutra au Québec devront faire leur changement d’adresse comme s’ils déménageaient.

La grandeur de son œuvre n’efface pas les actes qu’il a commis selon Louisette Duclos, une autre résidente.

«Peu importe ce qu’il a écrit ou fait, ça n’enlève pas le fait qu’il était un pédophile. C’est dégueulasse, qu’on enlève ça au plus vite», a-t-elle lancé.

«On vit tellement dans une société malsaine. Il faut faire valoir les vraies valeurs, on ne peut pas tolérer et célébrer des gens qui abusent d’enfants», a ajouté Monique Thibault, une voisine.

Mais pour Sylvain Taillon, un autre résident, tout le travail qu’il aura à faire pour changer d’adresse est beaucoup plus important à ses yeux, que la valeur associée à un nom de rue.

«Pour tout le trouble que ça va nous occasionner, je ne trouve pas que ça vaut la peine. C’est juste un nom de famille, ce n’est pas comme une école ou un aréna, c’est juste une petite rue», a-t-il soutenu.

Ce que devront faire les résidents...

Postes Canada devrait être avertie par les villes pour diminuer les désagréments.

Mais il leur faudra tout de même changer leur adresse auprès:

  • Des gouvernements du Québec et du Canada
  • De leur employeur
  • De leur institution financière
  • De leurs assurances
  • D’Hydro-Québec et de leur fournisseur de câble, d’internet et de téléphone
  • De tous les journaux, magazines ou autres produits auxquels ils sont abonnés
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.