/misc
Navigation

Pélisée

Pélisée

Coup d'oeil sur cet article

La politique produit parfois de drôles de couples. Des alliances inattendues qui servent chacun des individus concernés et que nos a priori comme leurs inclinaisons personnelles ne nous auraient pas amenés à anticiper.

Ainsi, laissez-moi vous présenter un de ces tandems atypiques.

Nous avions Brangelina et les Clourissette.

Veuillez rencontrer Pélisée.

Bouderie

Depuis son retrait de la course au leadership il y a un peu plus d’un an, on avait l’impression que Jean-François Lisée boudait ou que, à tout le moins, le cœur n’y était plus. Des rumeurs lui faisaient quitter la politique pour aller diriger Le Devoir. D’autres l’envoyaient à Québec solidaire.

Ses déclarations spectaculaires sur «la bombe à retardement» que représentait celui qui est maintenant son chef revenaient périodiquement les hanter tous les deux. Le député de Rosemont est habile à manier les mots et plus encore à nommer le zeitgeist. L’expression de son cru du «moment Péladeau» a été abondamment reprise pour qualifier la phase que traverse le PQ.

Pourtant, l’ancienne plume de Jacques Parizeau et Lucien Bouchard semble avoir pleinement repris goût à la politique, au point de devenir l’un des éléments les plus efficaces de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale.

Les frappes

La semaine dernière, il peinait à dissimuler son plaisir de faire chirurgicalement mal au gouvernement dans le dossier de l’exploitation sexuelle des jeunes filles. La bienveillante Lucie Charlebois ne fait pas le poids devant ce politique imprévisible, mais rusé.

Sérieusement, laissons tomber les tabous et disons-le: c’était magnifique. Presque aussi excitant que le cultissime Starship Troopers.

Rebelote sur l’autisme. Le député à la chevelure blanche fait encore souffrir une ministre qui doit commencer à le voir dans sa soupe. Il le fait sans pour autant manquer de compassion dans sa défense des personnes handicapées, derrière qui il s’efface en leur cédant sa tribune, une tactique rodée l’année dernière. Si on sait que le scribe aime fréquenter les hauteurs intellectuelles, on découvre que les vulnérables peuvent trouver en lui un allié sincère et efficace.

Ajoutons par ailleurs que Lisée utilise fort bien les réseaux sociaux pour réverbérer son travail en chambre, ce qui est, en 2016, une habileté politique aussi importante que d’être simplement bon en point de presse.

Bref, alors qu’on soupçonnait que Jean-François Lisée avait été mis au coin par son chef, celui-ci ne peut déjà plus se passer de lui.

Encore du plaisir

Il va très bien, lui aussi, en ce début de session parlementaire. On dira que les attentes étaient basses. C’est vrai, mais ce serait mauvaise foi que de prétendre que Pierre Karl Péladeau ne les dépasse pas.

Il les défonce.

Le PDG est sur son terrain lorsqu’on parle fusion/acquisition. Vente de RONA, chiffres décevants sur l’emploi et mises à pied massives chez Bombardier: Péladeau fait flèche de tout bois. La personne qui a eu l’idée de le mettre en point de presse avant les périodes des questions pour installer son message mérite une promotion, au passage.

Et, dans son cas aussi, on le sent, le plaisir est là. Celui qui semblait s’ennuyer en chambre trouve ses marques sur ces sujets qui lui sont familiers. Il est méthodique, voire assassin. Il aborde ces enjeux et sa gestuelle normalement échevelée se fait précise, un sourire taquin éclaire le côté droit de son visage. Il est à sa place.

Il est aidé par François Legault, qui lui livre en même temps un très fort match. Devant un premier ministre un petit peu moins pire que médiocre sur les questions économiques, les chefs des deux oppositions pilonnent les positions libérales. Ils renforcent mutuellement leur propos.

C’est bon pour chacun d’entre eux et c’est là que, pour le péquiste, mettre le reste de son équipe en vitrine devient vital.

Un premier trio

Non, Pierre Karl Péladeau n’a pas encore l’aisance d’un premier centre, mais son enthousiasme d’ailier droit qui échange la rondelle avec Lisée à sa gauche fait plaisir à voir, pour tous ceux qui souhaitaient que le Parti québécois se raplombe. Général à la défense, le leader parlementaire Drainville sait qu’il peut compter sur eux pour relancer le jeu.

Voici donc une combinaison gagnante que ce couple Pélisée. L’un est en mesure de procurer au PQ une crédibilité économique qui lui manquait. L’autre d’incarner l’empathie et l’idéal dont un parti social-démocrate a besoin. Pierre Karl Péladeau peinait à être crédible sur l’austérité. Jean-François Lisée peut se charger de donner un visage à ceux qui sont touchés par celle-ci.

Une fin de semaine au chalet, peut-être, histoire de sceller la bromance Pélisée?