/lifestyle/columnists
Navigation

Bilan, tendances et surprises

Coup d'oeil sur cet article

Avant le Super Bowl on parle beaucoup, et de plus en plus, des phénomènes publicitaires, et médiatiques qui entourent l’événement... Mais il vaut aussi la peine de revenir, après, sur les tendances, ­souvent étonnantes, qui ont émergé. D’autant plus qu’elles n’ont pas manqué cette année.

Des chouchous. Certaines publicités font l’unanimité, ou presque. C’est le cas de celle pour Snickers, où Willem Dafoe reprend la scène la plus célèbre impliquant Marilyn Monroe, pour illustrer le fait qu’«on n’est pas soi-même quand on a faim». L’humour déjanté de la pub pour les avocats du Mexique (les fruits, pas les hommes de loi) a aussi rallié le public et les commentateurs, tout comme pour Heinz, avec ces «chiens chauds» galopant à la rencontre du ketchup et de la moutarde. Les concepts de Hyundai, qui commanditait le Super Bowl, ont aussi été bien reçus. Dodge a misé avec succès sur sa marque Jeep, avec un message touchant et percutant. Wix, entreprise de ­développement de sites ­internet, a fait l’unanimité avec une délicieuse publicité mettant en scène les personnages du film Kung Fu Panda 3, et parodiant certaines pubs «historiques» du Super Bowl. Budweiser, de longue date un commanditaire majeur, a aussi rallié tout le monde avec son message de sensibilisation aux dangers de l’alcool au volant, avec la grande comédienne Helen Mirren.

Des grimaces. «PuppyMonkeyBaby», vantant le Mountain Dew combinant Dew, jus et caféine, a été qualifié de pire pub du 50e Super Bowl par plusieurs, à commencer par ­Advertising Age. La pub pour Quicken Loans, qui propose de contracter un prêt hypothécaire en ligne ou au téléphone, «aussi ­facilement qu’on achète des billets d’avions ou des souliers», a aussi causé son malaise, en ­ranimant des souvenirs de la crise de 2008. Et les pubs de deux médicaments, un contre la constipation (par AstraZeneca), l’autre contre la diarrhée (par Valeant), ont aussi été ­accueillis par de la perplexité... et de ­nombreux sarcasmes sur les médias sociaux.

Notoriété et effet de halo. Le message ­«PuppyMonkeyBaby» n’en a pas moins récolté le maximum en terme de «part de voix» («share of voice»), définie par iSpot.tv comme le pourcentage des actions générées sur les ­réseaux sociaux, combiné aux visionnements (et revisionnements) délibérés du message via internet. Mountain Dew fait aussi partie des 10 annonces les plus virales du Super Bowl (au septième rang). Qu’on se rassure, les Heinz, Hyundai et Budweiser font aussi partie de ce top 10 (dominé par Doritos), de même que de celui de la part de voix. Et le message de Wix a été le plus vu en ligne.

Je veux revoir ça ! Ce 50e Super Bowl marque d’ailleurs un point tournant en ce qui concerne les visionnements en ligne des publicités. Selon Google/YouTube, les publicités du Super Bowl ont représenté 330 000 heures de visionnement pendant le match de dimanche dernier, ce qui représente une hausse de 10 % par rapport à l’an dernier. Et 60 % de ce visionnement s’est fait sur des appareils mobiles.

Le site de la semaine

Sur le site superbowlcommercials2016.org, on peut tout savoir et voir sur les publicités de ce 50e Super Bowl: revoir toutes les publicités classées par annonceur, de même divers palmarès et rétrospectives. Fait intéressant: le site est commandité par Wix.

La vidéo de la semaine

À la publication spécialisée Adweek, on s’amuse à faire chaque année un court montage avec des extraits choisis des pubs du Super Bowl.

Pour voir la mouture de cette année : https://bit.ly/1O0a5ST

Le partenariat de la semaine

Pour sa nouvelle campagne, faite sous la signature «Love this? Live there.» («Cela vous plaît? Habitez-y.»), Airbnb utilise des images de la nouvelle ­version du Livre de la jungle, dont la sortie, par Disney, est prévue en avril. Pour voir le clip : https://bit.ly/1SceLwA