/news/politics
Navigation

Daniel Johnson en mène large

Son double rôle, auprès de Philippe Couillard et chez Bombardier, étonne même des libéraux

Philippe Couillard chef parti liberal Quebec
Photo d'archives Daniel Johnson était souvent aux côtés de Philippe Couillard lors de l’élection partielle de 2013 et de l’élection générale de 2014.

Coup d'oeil sur cet article

Hugo Joncas et Jean-Louis Fortin

Pendant que le gouvernement Couillard multiplie les coups de main à Bombardier, son proche collaborateur Daniel Johnson continue d’empocher l’équivalent de 165 000 $ US par an comme administrateur de la multinationale. Une situation qui fait de plus en plus sourciller, même chez les libéraux.

Mercredi, Québec a donné un autre gros coup de main à l’entreprise pour laquelle Johnson est un des 14 administrateurs (depuis 1999). Le gouvernement a annulé une poursuite contre Air Canada après que l’entreprise eut passé une commande pour 45 avions CSeries de Bombardier.

En octobre, Québec a aussi annoncé l’investissement d’un milliard de dollars US dans une nouvelle société qui chapeautera le programme en difficulté de la CSeries. Bombardier confirme que Daniel Johnson doit présider le conseil d’administration de la nouvelle filiale.

Le cerveau derrière les libéraux

L’ancien premier ministre a joué un rôle primordial dans l’accession de son ami Philippe Couillard au pouvoir. Coup sur coup, il a dirigé sa campagne à l’élection partielle dans Outremont, la campagne nationale de 2014 et, surtout, son comité de transition.

À ce titre, Daniel Johnson a conseillé le premier ministre pour plusieurs nominations clés. Plusieurs de ses anciens collaborateurs se sont ainsi retrouvés très haut placés dans l’appareil gouvernemental, dont le sous-ministre responsable de l’investissement gouvernemental dans Bombardier.

Deux sources libérales de haut niveau critiquent cette proximité. «C’est gênant en apparence, surtout que ses rôles auprès du Parti et chez Bombardier n'ont jamais été cachés. Tout est public», dit l’une d’entre elles, sous le couvert de l’anonymat.

Lors de la dernière campagne électorale, Daniel Johnson prenait beaucoup de place, ajoute l’autre source. «Il ne parlait pas beaucoup, mais on avait l'impression que ça prenait son approbation pour livrer certains messages.»

Une troisième source note qu’après les élections de 2014, Philippe Couillard a commencé son discours d’assermentation en saluant Daniel Johnson et son épouse, désignant cette dernière par un très familier «chère Suzanne». «Ça dit tout sur leur proximité», a-t-elle résumé.

Daniel Johnson assure de sa bonne foi dans un courriel. «Je ne suis pas ni n'ai été à quelque moment que ce soit en situation de conflit d'intérêt me permettant de retirer quelque avantage pour moi, mes proches, mes amis, mes associés ou mes employeurs», écrit-il.

L’attaché de presse du premier ministre nie lui aussi tout conflit d’intérêts avec Bombardier. «N’importe quel gouvernement aurait aidé l’entreprise», soutient Harold Fortin.

Chez la multinationale, la porte-parole Isabelle Rondeau insiste: Daniel Johnson a été choisi «sur la base de ses compétences» pour présider le C.A. de la nouvelle filiale.

– Avec la collaboration de Sarah-Maude Lefebvre

 

Poirier d’Aveos en furie

L’ex-représentant des travailleurs de l’usine Aveos dénonce le double rôle de Daniel Johnson, à la fois administrateur de Bombardier et proche conseiller de Couillard.

«Moi, Daniel Johnson, je l’appelle le premier ministre du Québec. Pour moi, c’est lui qui contrôle tout au gouvernement», lance Jean Poirier, qui dirigeait le syndicat des employés de l’usine d’entretien d’avions jusqu’à sa fermeture en 2012.

Philippe Couillard chef parti liberal Quebec
Photo Agence QMI

Celui qui a été candidat pour le Parti québécois en 2012 estime que le gouvernement Couillard a «abandonné» 1800 travailleurs pour servir ses propres intérêts. Il est amer devant le fait qu’en échange de l’achat de 45 avions C-Series par Air Canada, le gouvernement ait abandonné ses démarches judiciaires pour forcer le transporteur à maintenir l’entretien de ses avions à Montréal.

Appel à coderre

À l’initiative de Poirier, plusieurs anciens employés d’Aveos ont d’ailleurs l’intention d’aller se faire entendre lundi soir au Conseil municipal de Montréal.

«Je demande à Denis Coderre, qui nous a soutenus dans le temps, de continuer avec nous», explique-t-il.

 

Parachutes en série pour Bombardier

Le gouvernement du Québec et la Caisse de dépôt et placement multiplient les opérations de sauvetage auprès de Bombardier, qui vient d’annoncer 2400 mises à pied dans la province.

Octobre 2015

Québec annonce l’investissement d’un milliard de dollars américains (1,38 milliard $ CAN) dans une nouvelle filiale qui chapeautera le programme du nouvel avion commercial CSeries. Bombardier a choisi Daniel Johnson comme président du conseil d’administration, ce que Québec a accepté.

Le haut fonctionnaire responsable de l’investissement, Jocelin Dumas, est un ancien chef de cabinet adjoint de Daniel Johnson.

Novembre 2015

La Caisse annonce un investissement de 1,5 milliard $ US (2,06 milliards $ CAN) dans la division Transport de Bombardier. Elle détiendra 30 % d’une nouvelle société spécialisée dans le matériel ferroviaire.

17 février

Québec abandonne sa poursuite contre Air Canada après que le transporteur eut annoncé l’achat de 45 appareils CSeries. Le gouvernement poursuivait Air Canada pour la faillite de son ancienne filiale et sous-traitant Aveos, en 2012, et la perte de 1800 emplois à Montréal.

 

Ce qu’ils ont dit

«Il y a apparence d'un conflit d’intérêts assez important. Ça pose clairement des questions d’un point de vue éthique.»

– Benoît Cherré, professeur à l’UQAM, spécialiste en dilemme éthique


«Il semble que cette situation pourrait s’apparenter à du lobbyisme caché, à une influence excessive et indue sur le gouvernement de la part d'un homme qui n’a pas été élu. Et si c’est le cas, c’est scandaleux.»

– Florence Piron, professeure d’éthique à l'Université Laval


«On pourrait potentiellement y voir un retour d’ascenseur, M. Johnson ayant beaucoup participé à l’avancement politique de M. Couillard.»

– Luc Bégin, directeur de l’Institut d’éthique appliquée de l’Université Laval


«Les liens d’affiliation entre M. Johnson, le Parti libéral et Bombardier sont effectivement très préoccupants. Les coïncidences sont fortes. Très fortes.»

– Benoît Charrette, CAQ


«C’est questionnable. Il faut demander des comptes au Parti libéral, à M. Couillard et à M. Johnson.»

– Amir Khadir, Québec solidaire