/news/transports
Navigation

Québec ouvert aux propositions pour dompter Uber

L’ex-dragon Alexandre Taillefer veut une taxe spéciale et l’émission de reçu pour les conducteurs d’Uber

L’entrepreneur vedette Alexandre Taillefer milite pour une perception équitable de la TPS et la TVQ des chauffeurs de la multinationale Uber.
Photo d'archives L’entrepreneur vedette Alexandre Taillefer milite pour une perception équitable de la TPS et la TVQ des chauffeurs de la multinationale Uber.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard songe à adopter les recommandations de l’ancien dragon Alexandre Taillefer pour dompter Uber, a appris notre Bureau parlementaire.

L’entrepreneur vedette propose que le géant du transport verse une indemnité aux propriétaires de permis de taxi. Cette taxe spéciale serait payée par les usagers d’Uber. Québec est très favorable à cette idée, a confié une source.

M. Taillefer est le fondateur du nouveau venu Téo taxi, une «alternative légale à Uber» qui est 100 % électrique. Son entreprise a été encensée par Philippe Couillard. «Je pense qu’ils peuvent battre Uber. Des projets comme Téo vont donner ce que le client veut. M. Taillefer a un très beau modèle, car il pense avant tout au client», a lancé le premier ministre, qui se trouve à Washington pour une courte mission diplomatique.

Perception équitable

M. Taillefer a aussi proposé aux parlementaires jeudi, lors de la commission parlementaire sur l’avenir du taxi, une série de «règles équitables» pour mettre Uber sur un pied d’égalité avec les compagnies québécoises. En plus de cette taxe spéciale, il demande une perception équitable de la TPS et la TVQ et l’obligation pour la multinationale et les centrales de taxi d’émettre les relevés de revenu pour mettre fin au travail au noir.

« Taxi amateur »

Tout comme le gouvernement Couillard, il rejette la prétention d’Uber de faire du «covoiturage urbain»: il choisit plutôt l’appellation «taxi amateur». Ce changement de statut est nécessaire pour s’assurer que tous les joueurs sont régis par les mêmes règles.

Jeudi, Jacques Daoust a tapé sur ce clou lors de la présentation d’Uber à l’Assemblée nationale. «Quand vous tournez pendant une demi-heure autour de l’église Notre-Dame, ce n’est pas parce que vous cherchez du stationnement pour aller à la messe. Vous faites du taxi», a lancé le ministre des Transports avec fougue durant un échange musclé avec le directeur général de l’antenne québécoise de l’entreprise.

M. Taillefer, qui a aussi acheté Taxi Hochelaga à Montréal, propose par ailleurs des solutions pour dépoussiérer le système actuel. Il autoriserait une variation des tarifs des chauffeurs en fonction de l’offre et de la demande et permettrait la location des permis de taxi.

– En collaboration avec Marc-André Gagnon, à Washington

Les 4 règles équitables d’Alexandre Taillefer

  • Perception de la TPS/TVQ dès le premier dollar pour Uber comme pour le professionnel
  • Obligation pour les intermédiaires de taxi de percevoir directement la TPS/TVQ auprès des clients et de la remettre au gouvernement.
  • Obligation pour les intermédiaires de taxis amateurs et professionnels d’émettre les relevés de revenu et les remettre aux chauffeurs et aux autorités fiscales.
  • Versement par Uber d’une indemnité de 1,10 $ par course à un fonds de compensation des détenteurs de permis de propriétaire de taxi pour couvrir la baisse de revenus.