/lifestyle/books
Navigation

Portrait sans compromis d’un visionnaire

Jason-3-Satellite-Launch-Prep-US SPACE SPACEX ROCKET SATELLITE
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Considéré par beaucoup comme le plus grand industriel du moment, Elon Musk carbure à l’innovation. C’est lui qui a fondé PayPal, SpaceX et Tesla. Le journaliste américain Ashlee Vance s’est intéressé à l’homme et au phénomène dans une biographie coup-de-poing, Elon Musk — L’homme qui va changer le monde.

Avec une plume acérée, souvent très drôle, Ashlee Vance témoigne de toute l’intensité de ce géant de Silicon Valley, qu’il a réussi à côtoyer. Il parle de son génie tumultueux, des exigences incroyables qu’il s’impose à lui-même et qu’il impose aux autres, et de son esprit visionnaire.

Il raconte son enfance difficile en Afrique du Sud, ses réussites entrepreneuriales, sa vie privée compliquée (il est divorcé et père de jumeaux et de triplés), son tempérament bouillant et ses horaires de travail extrêmement chargés.

Pour écrire cette biographie, Ashlee Vance a interviewé plus de 300 personnes qui ont travaillé avec Elon Musk ou qui l’ont fréquenté. Après de longs mois d’efforts, il a aussi réussi à rencontrer Elon Musk en personne et à gagner sa confiance. Un travail qui lui a demandé beaucoup de patience et de persévérance.

Deux défis

«Il y avait deux grands défis pour écrire cette biographie. Le premier, et j’en parle longuement dans le livre, fut de réussir à obtenir la collaboration d’Elon. Il m’a fallu 18 mois de travail avant d’y arriver», explique Ashlee Vance, en entrevue de sa résidence de Palo Alto, en Californie.

«L’autre défi, c’était que je n’avais jamais écrit de reportages sur Tesla ou SpaceX. J’ai passé des décennies, comme reporter sur les nouvelles technologies, à écrire à propos de compagnies comme Microsoft et Intel. Je me suis intéressé à Elon en 2012, donc il a fallu que je m’ajuste rapidement. Il fait tellement de choses que j’ai dû me documenter sur l’industrie aérospatiale, sur l’industrie automobile et sur l’industrie de l’énergie. C’était énormément de travail de recherche.»

Elon Musk l’a fasciné, surtout quand il a fini par coopérer et lui accorder des entrevues. «Les premières entrevues étaient un peu frustrantes: il répétait des choses que j’avais déjà entendues auparavant. Il ne se laissait pas aller. Mais, avec le temps, c’était extraordinaire, il a fini par me dire beaucoup de choses qui n’avaient jamais été révélées.»

Après la sortie du livre, Elon Musk a été quelque peu chiffonné par certains détails, dit Ashlee. «Je peux comprendre: c’est difficile d’avoir quelqu’un sur les talons pendant trois ans et de le voir écrire 400 pages à ton sujet. Notre relation n’est pas aussi forte qu’elle l’a été. Mais, comme journaliste, je n’ai pas écrit le livre pour lui faire plaisir.»

«Tout un personnage»

«C’est tout un personnage. Peu importe ce qu’on pense de ses compagnies, sa vie personnelle est extraordinaire. Il travaille à contre-courant dans tout ce qui se fait à Silicon Valley, où bien des gens travaillent sur le divertissement et les applications. Musk s’intéresse à des domaines beaucoup plus complexes. Il est vraiment compétitif et prend ses affaires très au sérieux, c’est comme une question de vie ou de mort pour lui. Il est exceptionnel: il peut faire le design lui-même, il peut faire l’ingénierie, il peut faire le marketing lui-même et il est très bon en finances.»

Elon Musk rêve de sauver l’espèce humaine et de coloniser la planète Mars. «Absolument! Il ne fait pas ça pour attirer l’attention. Les gens qui s’intéressent à la conquête de l’espace le comprennent totalement. Pour lui, c’est très important. C’est un programmeur informatique — des gens qui veulent sauvegarder leurs informations, au cas où. Il veut un «back-up» de l’humanité, en quelque sorte.»

Ashlee Vance est journaliste au Bloomberg Businessweek Magazine et s’intéresse aux nouvelles technologies et à l’entrepreneuriat.

Il animera bientôt une série documentaire télé traitant des nouvelles technologies.

EXTRAIT

«Un jour où je visitais Musk Land, il dut abréger notre entretien pour filer faire du camping au parc national de Crater Lake, dans l’Oregon. C’était un vendredi, il était près de 20 heures; il n’allait pas tarder à entasser ses enfants et leurs nounous dans son jet privé. Il se ferait ensuite conduire jusqu’au campement, où ses amis l’aideraient à déballer et à s’installer dans le noir complet. Il y aurait quelques promenades, puis le repos prendrait fin. Musk retournerait à Los Angeles avec les garçons le dimanche après-midi. Il repartirait le même soir pour New York. Sommeil. Conférences le lundi matin. Réunions. E-mails. Sommeil. Retour à Los Angeles le mardi matin. Travail chez SpaceX. Vol pour San José le mardi après-midi afin de visiter l’usine Tesla Motors. Le soir même, vol pour Washington, afin de rencontrer le président Obama.»

— Ashlee Vance, Elon Musk — L’homme qui va changer le monde, Édito