/travel
Navigation

Dans les coulisses du plus gros navire du monde

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-NAZAIRE, France - Le plus gros navire jamais construit au monde sera bientôt prêt à accueillir ses premiers passagers.

Environ 3000 ouvriers s’affairent présentement à achever la construction du «Harmony of the Seas» dans les chantiers navals STX France de Saint-Nazaire, en Loire Atlantique, en France. Mi-février, Royal Caribbean International (RCI) invitait des journalistes du monde entier à découvrir son nouveau «bébé». L’Agence QMI était du nombre.

Chaussés de souliers fermés et coiffés d’un casque et de lunettes de sécurité, les invités ont parcouru 15 des 18 ponts de ce gigantesque paquebot. Que l’on aime ou pas ces monstres des mers, il n’en demeure pas moins que ce navire est impressionnant. Une application sur iPhone a permis de calculer que cette simple visite aura nécessité 7586 pas ou 5,85 km. Voilà qui promet de tenir les passagers en grande forme.

Une ville flottante

D’une longueur de 362 mètres (50 mètres de plus la tour Eiffel), ce nouveau fleuron de la flotte Royal Caribbean International mesure 66,4 mètres de large, soit un mètre de plus que ses deux navires-jumeaux, l’«Allure of the Seas» et l’«Oasis of the Seas». Il comptera 2747 cabines, 20 restaurants et sept environnements différents: Central Park avec ses 12 000 plantes et arbres, Boardwalk et son amphithéâtre de 725 places proposant des spectacles aquatiques, la Royal Promenade, la zone sport, l’espace Spa et vitalité, la Place des spectacles et la zone jeunesse.

Difficile d’imaginer ce que donnera l'enchevêtrement de fils, de tuyaux et de planches que nous avons sous les yeux, mais Royal Caribbean avait prévu le coup. Grâce à une technologie signée Samsung, nous avons eu droit à une visite virtuelle en 3D montrant ce que deviendra chacun de ces endroits.

On a ainsi pu voir le grand théâtre de 1400 places où l’on présentera des divertissements de style Broadway («Grease» et «Columbus»), l’amphithéâtre aquatique, la patinoire où seront offerts des spectacles sur glace, les quatre piscines, les énormes toboggans, l’arboretum, les nombreux bars, dont le bar bionique où l’on se fait servir par des robots, et la vingtaine de restaurants.

Parmi ces derniers, l’immense restaurant principal sur trois niveaux, le Jamie’s Italien de la star anglaise James Oliver, le Starbucks, le Coastal Kitchen, réservés aux passagers des suites, sans oublier l’imaginatif Wonderland et sa cuisine moléculaire inspirée des éléments (vent, eau, feu et glace) servie dans un décor digne d’un conte de fées.

Plongeon dans les Abysses

Assez près dans sa conception de ses navires-jumeaux, l’«Allure of the Seas» et l’ «Oasis of the Seas», le «Harmony of the Seas» possède un simulateur de surf, quatre piscines et un grand terrain de sport, mais à la différence des deux premiers, on y trouve de grands toboggans et des bains à remous débordant de la coque d’où l’on a une vue privilégiée sur l’océan.

La grande nouveauté qui devrait réjouir les amateurs de sensations fortes, c’est le toboggan The Ultimate Abyss qui entraînera les audacieux dans une chute vertigineuse de plus de 40 mètres, partant du pont 16 et se terminant au pont 6. Il s’agit du plus grand toboggan jamais installé en mer. En partant d’une plateforme de verre surplombant le théâtre aquatique, deux cylindres d’acier proposeront une descente de 30 mètres à 14 km/h. Ouf!

Les chantiers, un jeu de blocs

La visite guidée des chantiers navals STX France nous a permis, quant à elle, de décortiquer les différentes étapes de la construction d’un navire. On se serait presque cru au cœur d’un jeu de LEGO géant.

Dominant le site, un immense portique rouge, le plus grand d’Europe, capable de soulever des blocs de 1400 tonnes. Sous ce dernier, les ouvriers assemblent déjà les blocs d’un quatrième géant des mers de la série Oasis de Royal Caribbean, dont la livraison est prévue pour 2018. On chuchote qu’il sera encore plus gros que le «Harmony of the Seas».

Pendant ce temps, des dessinateurs planchent sur le prochain projet de RCI, la classe EDGE, des navires qui, dit-on, ne seront pas les plus gros, mais certainement les plus innovants.

Bientôt dans les Caraïbes

Les premiers essais en mer du «Harmony of the Seas» se dérouleront en mars et avril prochains. Il faudra attendre au 29 mai 2016 pour son voyage inaugural en Méditerranée. Malheureusement, le navire affiche déjà complet, mais il est encore temps de réserver pour les croisières suivantes ou pour celles de l’automne 2016 alors que ce gigantesque paquebot s’installera à Port Everglades (Fort Lauderdale, Floride) pour naviguer dans les Caraïbes tout au long de l’hiver 2016-1017.

• Info www.royalcaribbean.fr ou www.RoyalCaribbean.com/HarmonyoftheSeas

 

Le «Harmony of the Seas» en quelques chiffres:

 

• Il aura fallu plus de 10 millions d’heures de travail pour réaliser le «Harmony of the Seas».

• Son coût de construction se situe autour de 1,3 milliards $ US.

• Il peut accueillir 6410 passagers et 2300 membres d’équipage venant de partout dans le monde.

• Attention si vous souffrez du vertige: sa hauteur est celle d’un immeuble de 25 étages.

• Il dispose 2747 cabines (réparties en 38 catégories), dont 82 % ont vue sur le parc ou sur la mer et 36 cabines sont des suites sur deux niveaux.

• Royal Caribbean est le plus important employeur de patineurs pour ses spectacles sur glace, plus encore que pour le spectacle «Ice Capades».

 

Le saviez-vous?

• Depuis 150 ans, Saint-Nazaire, en France, a produit de nombreux navires dont plusieurs ont été reconnus, en leur temps, comme les plus grands paquebots du monde. C’est notamment à cet endroit qu’ont été construit les «France 1» (1865), «France 2» (1865) et «France 3» (1912), le «Normandie» (1935) et le «Queen Mary 2» (2003). On leur doit également 12 navires MSC et plusieurs autres.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.