/news/politics
Navigation

Cimenterie de Port-Daniel: Le controversé Fonds vert à la rescousse?

Cimenterie de Port-Daniel: Le controversé Fonds vert à la rescousse?
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir investi 450 millions de dollars d’argent public dans le projet de cimenterie à Port-Daniel, Québec pourrait ouvrir les coffres du Fonds vert pour aider Ciment McInnis à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES).

Le gouvernement Couillard a levé le nez sur une solution plus verte pour le projet de cimenterie à Port-Daniel, le projet le plus polluant de l’histoire du Québec, a révélé Le Journal.

En septembre 2014, des représentants des cabinets du ministre des Ressources naturelles et de celui de l’Environnement, de même que de Gaz Métro et de Pétrolia ont planché sur un projet pour remplacer le coke de pétrole, un résidu des raffineries que prévoit utiliser Ciment McInnis comme combustible, par du gaz naturel provenant du puits Bourque, près de Murdochville. Cette solution de rechange aurait permis de réduire de 20 % à 50 % les émissions de GES de la cimenterie.

Heurtel garde le silence

Le comité de préfaisabilité qui devait être mis sur pied n’a jamais vu le jour. Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, a ignoré les journalistes mercredi dans les corridors de l’Assemblée nationale.

C’est son collègue des Ressources naturelles, Pierre Arcand, qui a accepté de répondre aux médias. Il a promis que son gouvernement fera «tout ce qui est nécessaire» pour que la cimenterie de Port-Daniel réduise son empreinte sur l’environnement.

«On a un marché du carbone, on n’a pas le choix au Québec, il faut réduire les GES, a-t-il insisté. Pour ce qui est de l’efficacité énergétique, le Fonds vert peut certainement servir.»

«Les choses avancent»

Il se défend d’avoir abandonné une solution plus verte. Si le gouvernement a investi 3,8 M$ dans le projet d’exploration gazier Bourque, en Gaspésie, c’est justement en vue d’alimenter la cimenterie, soutient le ministre Arcand. «Les choses avancent. Notre volonté, c’est que le projet de Ciment McInnis soit un projet qui soit plus vert, dans lequel il va y avoir moins d’utilisation de pétrole et de charbon.»

Le projet de Ciment McInnis a nécessité un investissement de 450 M$ d’argent public: un prêt garanti de 250 M$ d’Investissement Québec, une participation de 100 M$ d’Investissement Québec en capital-actions, de même qu’un investissement de 100 M$ de la Caisse de dépôt en capital-actions.