/world/usa
Navigation

Trump plus que jamais favori

Écrasante victoire du candidat républicain dans l’État du Nevada

Donald Trump Hosts Nevada Caucus Night Watch Party In Las Vegas
Photo AFP «Selon les experts, on n’était pas censé gagner grand-chose, et maintenant on gagne, gagne, gagne le pays. Et bientôt, le pays va recommencer à gagner, gagner, gagner», a déclaré le milliardaire Donald Trump tard mardi soir à Las Vegas.

Coup d'oeil sur cet article

Washington | Donald Trump gagne, gagne, gagne, comme promis. Des ultra-conservateurs aux centristes, le candidat républicain à la Maison-Blanche rassemble une coalition indéfectible d’électeurs en colère qui pourraient bien, sans réaction de sa concurrence, le pousser jusqu’à l’investiture en juillet.

«Nous avons gagné chez les évangéliques. Chez les jeunes. Chez les vieux. Les diplômés, et les gens qui n’ont pas fait d’études. J’adore les gens qui n’ont pas fait d’études», a déclaré Donald Trump tard mardi soir après avoir remporté la consultation du Nevada, en se référant, avec exactitude, aux sondages réalisés à l’entrée des bureaux de vote.

«Selon les experts, on n’était pas censé gagner grand-chose, et maintenant on gagne, gagne, gagne le pays. Et bientôt, le pays va recommencer à gagner, gagner, gagner», a-t-il dit, répétant son mot favori.

Les chances de Donald Trump, 69 ans, s’améliorent, car il a prouvé qu’il n’était pas le candidat d’une faction.

Il est arrivé premier aux primaires de trois États très différents: le New Hampshire, où plus d’un quart des votants étaient «modérés»; la Caroline du Sud, où les trois quarts étaient chrétiens évangéliques; et le Nevada, où 15 % des votants n’étaient pas blancs, la plus forte proportion de minorités à ce jour aux primaires républicaines.

Meilleur résultat

Systématiquement, Donald Trump réalise son meilleur résultat parmi les Américains ayant moins que le baccalauréat. Mais il domine aussi chez les diplômés.

Il arrive donc avec le vent en poupe dans les 11 États, surtout dans le Sud et au Texas, qui voteront aux primaires mardi prochain, avec un quart des délégués en jeu.

Loin derrière lui, les sénateurs Marco Rubio et Ted Cruz se battent pour la deuxième place. Et deux autres candidats plus marginaux continuent aussi la course: le gouverneur de l’Ohio John Kasich et le neurochirurgien à la retraite Ben Carson.

Dans chaque État, les sondeurs demandent à un échantillon d’électeurs républicains s’ils sont «en colère» ou «insatisfaits» contre l’État fédéral: environ 90 % répondent oui. Il y a quatre ans, une autre question était posée: soutenez-vous le Tea Party?

Vote hispanique

C’est cette souche de mécontentement que Donald Trump a saisie en la faisant prospérer mieux qu’aucun de ses prédécesseurs.

En théorie, le milliardaire était censé se heurter à un «plafond», mais dans le Nevada, il a apparemment sauté: il y a remporté 46 % des voix, bien plus que le tiers d’électeurs républicains auquel il était habitué à ce stade.

Les sondages indiquent même que, parmi les 8 % de républicains d’origine hispanique ayant voté dans le Nevada, 45 % ont voté pour lui. Une partie de l’électorat latino n’apparaît donc pas rebutée par les déclarations anti-Mexicains de l’homme d’affaires.