/news/currentevents
Navigation

Toujours pas d’explication pour l’échec de SharQc

Bloc Hells Angels
Photo Reuters

Coup d'oeil sur cet article

La patronne des procureurs de la Couronne a renvoyé le responsable de l’enquête sur l’échec du mégaprocès SharQc faire ses devoirs hier, deux mois après le dépôt de son rapport.

Me Annick Murphy a demandé à l’ex-procureur Jean Lortie de lui donner plus de détails pour comprendre pourquoi cinq présumés Hells Angels accusés de meurtres et complot pour meurtres ont pu recouvrer leur liberté après six ans derrière les barreaux.

«Cette démarche permettra d’assurer une bonne compréhension de la séquence des événements qui ont retardé la communication des éléments de preuve en cause dans ce jugement», a fait savoir par communiqué

Me Jean-Pascal Boucher, porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Les détails demandés par la directrice du DPCP ne devraient prendre «que quelques semaines» à amasser, selon Me Boucher.

Le 9 octobre dernier, le juge de la Cour supérieure James Brunton a accordé l’arrêt des procédures judiciaires contre Claude Berger, Sylvain Vachon, François Vachon, Michel Vallières et Yvon Tanguay.

Le magistrat a déploré du même souffle le «désir de gagner à tout prix» des autorités qui ont mis quatre ans à remettre à la défense des preuves pouvant miner la crédibilité du délateur Sylvain Boulanger.

Une semaine après la fin en queue de poisson du mégaprocès, la patronne du DPCP a demandé qu’une enquête administrative soit effectuée par Jean Lortie pour faire la lumière sur cet échec judiciaire grandement médiatisé.

M. Lortie a remis son rapport à Me Annick Murphy en décembre dernier, rapport qui était toujours étudié jusqu’à aujourd’hui.

Les conclusions devraient être rendues publiques lorsque l’enquête administrative sera terminée.