/news/currentevents
Navigation

Il pourrait perdre le chalet où il aurait caché son butin

La police de Montréal a mis la main au collet d’un gang de cinq braqueurs

Walter Butt, 55 ans, et ses quatre présumés complices auraient volé 2,1 millions $ au cours de six hold-up commis aux dépens de fourgons blindés de la compagnie Garda.
Photo d’archives Walter Butt, 55 ans, et ses quatre présumés complices auraient volé 2,1 millions $ au cours de six hold-up commis aux dépens de fourgons blindés de la compagnie Garda.

Coup d'oeil sur cet article

Un deuxième membre allégué du gang de braqueurs accusés d’avoir dérobé 2,1 millions $ au cours de six attaques de fourgons blindés, entre 2013 et 2015, à Montréal, pourrait regretter d’avoir caché une partie de son butin chez lui, ainsi que l’arme à feu qu’il a utilisée.

Incarcéré depuis deux mois, Walter Butt, 55 ans, risque maintenant de perdre son chalet à La Macaza, visé par une ordonnance de blocage émise la semaine dernière par la Cour supérieure.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales a l’intention de saisir ce «bien infractionnel» au profit de l’État, puisqu’il aurait servi de cache d’argent et d’armes, selon des documents judiciaires dont Le Journal a obtenu copie.

Son cousin et présumé complice, David Stachula, 47 ans, a subi une mesure semblable, alors que sa maison de 256 000 $ – fraîchement rénovée et agrémentée d’une piscine creusée de 32 000 $ – est dans la mire de l’État, comme le rapportait Le Journal dimanche dernier.

Butt et Stachula sont les plus jeunes de ce gang qui compte trois sexagénaires, dont son présumé leader, Paul Thomas Bryntwick, associé au gang de l’Ouest.

Walter Butt
Photo d'archives
Walter Butt

175 000 $ récupérés

Le 22 décembre dernier, les policiers du SPVM ont mené une perquisition au chalet de Butt et de sa conjointe, évalué à quelque 50 000 $, sur le chemin de la Baie-Claire.

Ils y ont saisi une boîte contenant 100 000 $, dissimulée dans le sous-sol, et un fusil de calibre .12 à canon tronqué, que Butt aurait utilisé pour menacer des employés de la compagnie Garda au cours de deux des hold-up dont lui et ses présumés complices sont inculpés.

Les policiers ont aussi investi le domicile du couple, à Cumberland, en Ontario, où ils ont retrouvé 75 000 $ additionnels, enterrés près de la maison.

Épié en plein travail

Sans savoir qu’il était surveillé par la police, Walter Butt a passé des mois à épier la routine des agents de la Garda dans plusieurs établissements bancaires de la région, selon des rapports de filature du SPVM.

Les limiers ont aussi réussi à installer un micro à l’intérieur du Buick Rendez-vous beige de Butt, afin de l’enregistrer à son insu pour amasser des preuves.

Au cours d’une conversation interceptée le 6 décembre, Butt s’incrimine en critiquant son patron Bryntwick.

Il dit que ce dernier «est dans le complot avec nous, mais il ne s’implique pas et ne prend aucun risque», selon des extraits d’écoute électronique obtenus par Le Journal.

Le quintette doit revenir en cour le mois prochain.

 

Sur le même sujet