/opinion/columnists
Navigation

Le Canada dans le rouge

Canada's PM Trudeau speaks in the House of Commons in Ottawa
REUTERS Le nouveau premier ministre Justin Trudeau a déclaré qu’il allait tout faire pour «bâtir la classe moyenne».

Coup d'oeil sur cet article

À Ottawa lundi, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré, dans un nouvel élan de créativité langagière, qu’il allait tout faire pour «bâtir la classe moyenne».

Le Canada étant dans une poisse financière indéniable, son succès ne fait guère de doute. S’il y a une chose qui nous attend, d’un océan à l’autre, c’est bien la moyenne... Ni riches, ni pauvres, mais promis à la demi-mesure.

Cette nouvelle ère de déficit budgétaire n’empêche pas tout le monde de voir la lumière au bout du tunnel. L’État canadien, animé par une grouillante fonction publique, reprend ses aises malgré le plongeon de l’économie et les difficultés budgétaires du gouvernement.

Congés accumulés

Après avoir abrogé la loi obligeant les syndicats à dévoiler le coût de leur activisme politique, le gouvernement Trudeau a réalloué discrètement 1,3 milliard aux banques de congés des fonctionnaires canadiens. Dans ce cas, la transparence n’était pas nécessaire...

On comprend mieux toutefois les applaudissements qui avaient éclaté dans les ministères à l’arrivée des ministres libéraux. Enfin se retrouvaient-ils tous entre gens de bonne volonté...

Mais les augures sont plus mauvais pour le reste de la population, c’est-à-dire la très grande majorité des contribuables qui n’auront jamais accumulé un seul congé de maladie.

C’est lors d’un bain de foule orchestré par les apparatchiks libéraux que le nouveau ministre des Finances, William «Bill» Morneau, a dévoilé l’ampleur du déficit budgétaire du Canada.

 Bill Morneau
REUTERS
Bill Morneau

On se souvient des 10 milliards invoqués par M. Trudeau en campagne électorale. Trois mois plus tard, Bill dit qu’on est déjà à 18,5 milliards dans le rouge cette année et que l’aiguille oscillera bientôt à 30 milliards. La navette est en chute libre... Il n’y aura que Wall Street pour se réjouir de l’écrasement!

Manipulation

Les chiffres sont désolants pour quiconque devine ce qu’ils présagent; le gouvernement fédéral ne pourra pas laisser aller les choses ainsi. Un jour ou l’autre, il devra faire ce que les gouvernements ont toujours fait dans ces circonstances: couper et taxer.

Étrangement, les déficits à venir ont été dévoilés au cours d’un événement soigneusement préparé. Quand les nouvelles sont mauvaises, il vaut mieux les annoncer devant des gens qui regardent plus qu’ils n’écoutent. Quand on ne sait trop quoi faire, on cherche à dédramatiser...

Mais annoncer des déficits en série au cours d’un forum citoyen, un «town hall», donne aussi à penser que le gouvernement est plus désemparé qu’il veut bien le montrer.

Le ministre Morneau a déclaré lundi qu’il savait que ça n’allait pas bien, mais il ne savait pas que ça allait aussi mal que ça. Il dit aussi que ce n’est pas de sa faute.

Ce serait évidemment moins mauvais si le prix du pétrole était plus élevé. Le Canada a toujours tiré profit de la richesse de l’Alberta.

L’Edmonton Journal a établi que l’Alberta avait versé 200 milliards au gouvernement central ces quinze dernières années. Est-il nécessaire d’identifier ceux qui en ont bénéficié?