/entertainment/comedy
Navigation

Mike Ward voulait montrer‎ qu'on peut «rire de tout»

Mike Ward
Photo Le Journal de Montréal, Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

L’humoriste Mike Ward a étonnamment dit à la cour hier prôner la tolérance et que c’est justement pour ça qu’il s’était moqué du petit Jérémy Gabriel lors d’un de ses spectacles.

«Ne pas rire de quelqu’un, c’est le prendre en pitié, a déclaré l’humoriste. Souvent, on traite les handicapés comme un sous-peuple. L’humour n’a pas à être gentil.»

Ward, qui se dit un des pionniers de l’humour noir au Québec, s’est ainsi défendu devant le tribunal, alors qu’il est visé par une poursuite de 80 000 $ par la Commission des droits de la personne.

Il lui est reproché d’avoir tenu des propos insultants contre le petit Jérémy, connu entre autres pour avoir chanté pour le pape Benoît XVI au Vatican, en 2006. Sauf que Jérémy, maintenant âgé de 19 ans, souffre de plusieurs handicaps physiques que Ward avait utilisés dans des gags.

Rire de tout

Or, Ward, qui dit avoir gagné 329 000 $ en 2013 et avoir dépensé 100 000 $ en avocats à ce jour, voulait simplement prouver «qu’on peut rire de tout», s’est-il justifié.

«Dans mon gag sur la bouche [du petit Jérémy], je n’avais aucune idée qu’il avait un handicap, a-t-il assuré. Je m’attaque aux tabous, je prends des sujets plus délicats, qui demandent plus de travail», a-t-il expliqué.

D’ailleurs, dans le spectacle où il s’est moqué de Jérémy, Ward a ajouté que d’autres artistes étaient ciblés.

«Je me suis moqué de moi en disant que de dos, je ressemblais à Ariane Moffat», a-t-il dit, faisant rire certains partisans et humoristes venus le soutenir. Le juge, lui, est resté de marbre en prenant des notes.

« Ridicule »

Quant aux critiques contre la mère de Jérémy qu’il avait qualifiée de «showbiz mom» et qui a qualifié «d’ignobles» les blagues de l’humoriste, Ward s’est justifié sous le couvert de l’humour.

«Je savais qu’elle ne faisait pas d’argent [sur le dos de Jérémy], mais c’était pour un gag», a-t-il affirmé.

Et il trouve «ridicule» de se retrouver aujourd’hui à la cour.

«Penser que je voulais tuer leur enfant [tel que dit dans un sketch], je trouve ça ridicule d’être ici», a-t-il ajouté.

Me Julius Grey, qui défend Ward a déjà annoncé qu’il plaidera jeudi la liberté d’expression de son client.

Me Julius Grey, avocat de Mike Ward
Photo Le Journal de Montréal, Chantal Poirier
Me Julius Grey, avocat de Mike Ward

Ce qu’ils ont dit

« Ce que je fais est différent de l’intimidation, c’est une œuvre artistique devant un public consentant. L’humour noir n’est pas obligé d’être gentil. L’humour méchant, ça va toujours exister. »

« Il y a une différence entre dire “ça fait de la peine” et “je t’amène en cour pour avoir de l’argent”. »

« J’aime m’attaquer aux tabous. Là, je prépare [des sketches] sur les musulmans, les juifs hassidiques et les social justice warriors [défendeurs de la justice sociale]. »

-Mike Ward

 

« On est des personnes très humoristiques, mais là, il parle du handicap [de Jérémy]. »

« Mike Ward était en train de détruire notre vie, j’ai beaucoup pleuré, j’ai même dû prendre des antidépresseurs. Mon mari était très fâché, il aurait voulu que ça se règle sur un ring. »

-Sylvie Gabriel, mère de Jérémy

Mike Ward
Photo Le Journal de Montréal, Chantal Poirier

« Toute l’intimidation que j’ai eue, c’était une répétition des blagues de Mike Ward. Il n’y avait rien de nouveau. »

« [Le procès] est émotionnellement très chargé, mais il faut rester fort. Je m’attendais à ce témoignage [de Mike Ward] »

-Jérémy Gabriel