/sports/hockey/canadien
Navigation

«Notre lent départ nous a coulés»–Andre Burakovsky

NHL: Montreal Canadiens at Washington Capitals
Photo USA Today

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | Les joueurs rencontrés dans le vestiaire des Capitals ont tous tenu le même langage: il va falloir que l’équipe ­finisse par marquer le ­premier but du match.

Pour la sixième fois de suite, le même scénario s’est produit quand Alex Galchenyuk a ouvert le pointage.

Si la plupart des autres fois cette saison, les ­Capitals ont pu s’en tirer après avoir tiré de l’arrière, il fallait bien qu’ils finissent par se brûler.

«Nous avons encore une fois connu un lent départ qui nous a coulés. Le ­Canadien en a profité pour se doter d’une avance de trois buts», déplorait l’attaquant Andre Burakovsky.

L’attaquant des Capitals a toutefois bien aimé voir ses coéquipiers travailler d’arrache-pied pour revenir dans le match. Il a lui-même contribué avec le troisième filet des siens.

«J’ai simplement profité du fait que P.K. Subban se retrouve devant moi pour décocher un tir. Tant mieux s’il a trouvé le fond du ­filet.»

Punitions

Alex Ovechkin s’est dit d’accord avec Burakovsky.

«Le Canadien a pris les devants en première, puis nous n’avons pas aidé notre cause en écopant de ­punitions [deux fois à Tom Wilson], où il en a profité pour doubler son avance.

«Quand tu tires de l’arrière, tu dois ouvrir le jeu et prendre des risques, et c’est souvent l’adversaire qui en profite et qui ­augmente son avance.

«Nous avons donc laissé notre gardien [Braden Holtby] à lui-même.

«La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que ça nous a permis de voir que Philipp Grubauer peut aussi tenir son bout [il a bloqué 15 des 16 tirs dirigés vers lui] et que nous possédons le meilleur tandem de ­gardiens de la Ligue ­nationale.»