/sports/opinion/columnists
Navigation

Surprises sur prises

Les membres de l’équipe des soirées de films Expériences de chasse avec l’Homme Panache ont eu la peur de leur vie lors d’un tournage dans les Rocheuses.
Photo courtoisie Les membres de l’équipe des soirées de films Expériences de chasse avec l’Homme Panache ont eu la peur de leur vie lors d’un tournage dans les Rocheuses.

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez peut-être vu ou entendu parler de la scène du film Le revenant avec Leonardo DiCaprio, au cours de laquelle il se fait attaquer et littéralement démolir par un grizzly monstrueux.

Chaque année, Réal Langlois, mieux connu sous le nom de l’Homme Panache, se déplace aux quatre coins du Canada pour tourner des images qui sont projetées, par la suite, lors de ses soirées de films qui se nomment Expériences de chasse.

En pleine action

Le 2 septembre dernier, Réal, ses deux fils Kevin et Simon, Éric Leblanc, un chasseur accompagnateur, et le propriétaire de la pourvoirie Grand Chelem Outfitter de la Colombie-Britannique, Joe Ven, se sont rendus dans les Rocheuses, à une heure de la ville de Canmore.

Le but de cette expédition lointaine était de capturer un wapiti de belle taille. Ces mammifères herbivores font partie des plus grands cervidés du monde après l’orignal. Ils peuvent peser jusqu’à 350 kg.

Malheureusement, au bout d’une semaine, les résultats se faisaient toujours attendre.

Le matin du 10 septembre, toute l’équipe s’est rendue près d’un immense canyon, sur le flanc d’une montagne. Joe, le pourvoyeur hôte, émet une série d’appels stridents pour attirer un wapiti mâle. Moins de 30 secondes plus tard, ils entendent des branches craquer et des roches débouler. Tous ont le sourire fendu jusqu’aux oreilles puisqu’ils sont persuadés qu’il s’agit d’un gros buck wapiti qui s’empresse de venir tenter de s’accoupler avec la supposée femelle en chaleur.

Toute une frousse

Mais ils sont restés bouche bée lorsqu’ils ont réalisé qu’il s’agissait plutôt d’une grosse mère grizzly accompagnée de ses deux rejetons de deux ans et presque aussi imposants qu’elle. Ces gros tueurs d’hommes couraient à toute allure afin de venir dévorer ce qu’ils croyaient être un gueuleton, soit un wapiti adulte.

À une distance d’environ 15 m de ces gros ursidés, tout le monde a paniqué. Le pourvoyeur a tiré un coup de semonce aux pieds de ces gros gloutons avec sa carabine. À ce moment-là, les ours se sont dressés sur leurs pattes arrière. Les cinq hommes se sont mis à crier et à gesticuler pour les intimider. Les bêtes ont alors fait demi-tour et rebroussé chemin.

Des pleurs, des émotions fortes et des pressions artérielles à la hausse se sont alors succédé au sein du groupe.

Au retour, après avoir assisté à la projection du film Le revenant, ils ont reconnu l’endroit où cette scène apocalyptique s’est déroulée.

Pour en savoir plus et visionner les images qui ont été croquées sur le vif, visitez le site www.hommepanache.com

De tout pour tous

Après plus de trois décennies d’exploitation du centre de garantie et de service autorisé de plusieurs compagnies de cannes, de moulinets et de moteurs électriques, Les mains agiles, de Laval, Pierre et Claire Boulerice, prennent une retraite bien méritée. Je me joins à toute la clientèle que vous avez servie au fil des années pour vous remercier pour vos bons et loyaux services. Bonne retraite, bonne pêche et beaucoup de plaisir à vous deux!

Les amateurs sont invités à la Fête de la pêche de Lac-Édouard (situé à 45 minutes au nord de La Tuque), du 27 février au 6 mars. L’association à but non lucratif ADELE organise plusieurs activités, dont un tournoi le 27 février, afin d’amasser des fonds pour son ensemencement annuel de 10 000 truites. Plusieurs services sont offerts sur place, dont l’hébergement, la restauration, des animations, etc. Apportez vos cannes et vos brimbales et, qui sait, peut-être déjouerez-vous la grosse prise de cette compétition amicale.

Le dépôt du projet de loi 64 sur l’immatriculation des armes à feu devant l’Assemblée nationale fait de nombreux mécontents. La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FédéCP) vous invite à faire votre part en con­tactant personnellement le député de votre circonscription et à faire pression pour qu’un vote libre soit tenu à l’Assemblée nationale contre la mise sur pied d’un registre québécois des armes sans restriction. Il ne faudrait pas oublier que les députés ont le devoir de représenter la volonté de leurs électeurs. Prenez également le temps de signer la pétition en ligne sur www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-5715/index.html

Il existe plusieurs types de semelles antidérapantes conçues pour éviter les chutes sur les surfaces gelées. Luc Shooner, d’Odanak, a mis au point des crampons à glace haut de gamme qui sécurisent vraiment les déplacements sur les terrains glissants. Il suffit d’installer les étriers sous vos semelles, au centre de vos bottes, et de les attacher solidement avec des sangles de qualité. Ces crampons en acier inoxydable sont équipés de six dents qui vous permettent d’avoir du mordant sur la glace. Plusieurs municipalités ont équipé certains de leurs employés et leurs pompiers avec ce produit québécois. Ce monsieur a même mis au point des sangles et des velcros très pratiques pour les motoneigistes et les quadistes. Pour en savoir plus, contactez Distribution L.S. au 450 568-0601.