/sports/hockey/canadien
Navigation

Une entreprise argentine s’est gourée

Une entreprise argentine s’est gourée

Coup d'oeil sur cet article

Alors que l’on croyait que ça ne pouvait pas aller plus mal dans l’entourage du Canadien, voilà que tard mardi soir, l’équipe s’est mise à remercier pour leur appui des internautes s’affichant sous des identités telles White Power, Death To Niggers, Fire Therrien et I love ISIS, pour ne donner que quelques exemples.

Ainsi, même quand le Tricolore veut poser une bonne action, ça se retourne contre lui. On en a eu un exemple le week-end dernier avec le bébé atteint par une rondelle que P.K. Subban souhaitait remettre à un spectateur, puis un autre avec ce fiasco sur les médias sociaux. Décidément, le CH vit une période cauchemardesque depuis le début décembre.

Désirant célébrer le fait qu’elle soit devenue la troisième équipe de la LNH (les autres étant les Maple Leafs et les Blackhawks) à franchir le cap du million d’abonnés sur Twitter, l’organisation du Canadien a mis en place une campagne afin d’envoyer automatiquement des tweets aux abonnés. Les internautes recevaient la photo d’un chandail sur lequel figurait leur nom d’utilisateur Twitter ou encore un message de remerciement d’un joueur.

Pour mener cette campagne, le Canadien a eu recours aux services de Flowics, une entreprise fondée en Argentine qui lui a été recommandée par Twitter Canada. Or, des problèmes sont survenus au moment de filtrer les messages, de sorte que le Canadien a remercié plusieurs individus dont le nom d’utilisateur est raciste ou obscène. La plupart de ces comptes ont depuis été suspendus par Twitter.

Il est à noter que dans la NFL, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre ont eu à composer avec une situation identique en novembre 2014.

Dans ce cas-ci, le Canadien confirme que la faute revient à Flowics, même si cette dernière a mené avec succès une campagne du genre dans le passé pour Hockey Canada. Elle travaille aussi avec des multinationales comme Pepsi et Red Bull, entre autres.

Des excuses

Dans un communiqué, l’entreprise Flowics a reconnu ses torts et a tenu à présenter ses excuses au CH de même qu’aux partisans de l’équipe.

«Pour la première fois, nous avons échoué envers un de notre client, le Canadien de Montréal. Nous sommes attristés face à cette situation et nous souhaitons nous excuser auprès d’eux, de leurs partisans et de quiconque ayant été choqué par cette campagne», a précisé la compagnie.

«C’est avec regret que nous avons failli à la tâche. En raison d’une erreur humaine au cours de la préparation, nous avons oublié d’activer un filtre dans notre produit qui sert à bloquer tout contenu abusif ou offensant», a ajouté Flowics, tout en déplorant que l’erreur humaine en question soit venue «gâcher une célébration importante pour notre client».

La morale de l’histoire: ne vous fiez pas à la bonne foi des internautes, car même s’ils ne semblent pas être les crayons les plus aiguisés de la boîte, ceux que l’on appelle communément les trolls ne se cachent jamais bien loin et peuvent s’avérer difficiles à déjouer.