/sports/soccer
Navigation

Le Dynamo se retrouve devant rien

Coup d'oeil sur cet article

Le Dynamo de Québec et les Comètes de Laval ne pourront pas évoluer dans le nouveau circuit de la United Women Soccer (UWS).

L’Association canadienne de soccer (ACS) refuse que les deux équipes jouent dans un circuit américain, au grand dam des principaux intéressés.

«Ils prétendent qu’on retrouve un service semblable au Québec et qu’on n’a pas à aller à l’extérieur, ce qui est complètement faux, a affirmé le directeur sportif du Dynamo, Helder Duarte. Les gens informés savent très bien qu’il y a un grand écart entre la Ligue de soccer élite du Québec et la UWS. Il y a un problème quand l’Association canadienne ne connaît pas le calibre de jeu dans son pays.»

La décision est tombée dans les derniers jours. La Fédération de soccer du Québec appuyait le Dynamo et les Comètes. Elle a sondé le terrain auprès de l’ACS pour vérifier s’il y avait une possibilité de porter la décision en appel, mais elle a reçu comme réponse que la décision était finale.

À l’ACS, personne n’était disponible pour expliquer la décision puisque les deux porte-paroles de l’organisme sont en Autriche pour les élections de la FIFA.

Les conséquences sont dramatiques pour le Dynamo, qui se retrouve devant rien à quelques mois du début de la prochaine saison. Mélissande Guy résume bien la situation: «Je ne trouve pas mieux à dire que ce que Marc Mounicot (l’entraîneur-chef du Dynamo) a dit. Je vais passer un été de merde. Et, en disant ça, je parle en étant consciente que je ne suis pas la pire. Je ne peux pas m’empêcher de penser aux filles qui évoluent encore aux niveaux collégial et universitaire et pour qui cette saison sert, entre autres, de préparation pour l’automne. Sans oublier les jeunes, comme Gabrielle Carle, Marie et Catherine Levasseur, qui profitent de cette expérience pour se préparer aux camps des équipes canadiennes.»

Guy estime que l’ACS n’est pas cohérente. «Je trouve ça tellement dommage qu’on nous limite à compétitionner à un niveau régional plutôt que dans une ligue nord-américaine qui était prête à nous recevoir. Le programme national féminin du Canada se vante de son nouveau programme EXCEL, qui “a été bâti pour s’assurer que les exceptionnelles jeunes joueuses canadiennes se retrouvent dans les meilleurs environnements compétitifs, afin de fournir à l’équipe nationale un flux constant de joueuses rencontrant de hauts standards et ainsi garder notre nation parmi les plus compétitives sur la scène mondiale”. Une vision à remettre en question quand les actions ne reflètent pas cette pensée.»