/news/health
Navigation

Les infirmières craignent que la privatisation favorise la collusion

Trois cliniques privées pourront réaliser des chirurgies d’un jour aux frais de l’État

Regine Laurent
Photo d'archives, Simon Clark La presidente de la FIQ, Regine Laurent.

Coup d'oeil sur cet article

Le plus important syndicat d’infirmières s’oppose à la «privatisation» du système de santé amorcée par Gaétan Barrette, et craint qu’elle ne favorise la collusion.

Le gouvernement Couillard a annoncé mardi qu’il lançait un projet pilote qui permettra à trois cliniques privées de Montréal et Québec de réaliser des chirurgies d’un jour aux frais de l’État.

Pour Régine Laurent, présidente de la Fédération des infirmières du Québec, il est probable que les trois cliniques vont comploter pour fixer des prix plus élevés. «Pensez-vous que les trois cliniques, elles ne vont pas se parler? Elles savent qu’on évalue le coût de ce qu’elles font. Pensez-vous qu’elles ne vont pas se parler pour trouver un prix qui les arrange?» a lancé Mme Laurent en entrevue avec Le Journal.

Des profits

Le ministre Gaétan Barrette a reconnu lors d’une mêlée de presse mercredi matin qu’il était en négociation avec les cliniques privées pour déterminer une marge de profit raisonnable. Quelques minutes auparavant, il affirmait pourtant qu’elles ne feraient aucun profit.

Pour Régine Laurent, c’est un exemple de «manque de transparence». À son avis, le projet «va surtout servir à sauver RocklandMD» de ses difficultés financières et à faire «de l’argent», pour les autres. «Leur profit, c’est nous qui allons le payer», a-t-elle dénoncé.

Avec son projet pilote, le gouvernement libéral a un double objectif: réduire les listes d’attentes et comparer le coût des chirurgies d’un jour entre les établissements publics et les cliniques privées. Pour Régine Laurent, il s’agit surtout d’une ruse pour détourner le financement du réseau public.

Elle n’est pas la seule à taper sur le clou de la privatisation. La critique péquiste Diane Lamarre s’en est aussi prise au projet du Dr Barrette. «Gaétan Barrette met tout l’argent du côté des médecins et du côté du privé», a-t-elle lancé au cours d’un point de presse.

Projet pilote

Coût : 4 M$ par année.
Début du projet
pilote : mai 2016

Trois cliniques privées :

  • Chirurgie Dix30
  • RocklandMD
  • Groupe OPMÉDIC

Objectifs du gouvernement :

  • Diminuer les listes d’attentes pour les chirurgies d’un jour
  • Déterminer le coût du privé pour donner ces soins et l’implanter dans le réseau public