/opinion/columnists
Navigation

Avantage Legault

Coup d'oeil sur cet article

Quel chef sort gagnant de la première partie de la session parlementaire qui prenait fin jeudi?

Les deux chefs de l’opposition ont connu un début de session du tonnerre, réussissant à prendre en défaut le gouvernement sur une base quotidienne.

Le PKP nouveau

Pierre Karl Péladeau a réussi à en surprendre plus d’un au cours des dernières semaines. Depuis que les questions sur sa vie privée et son passé professionnels ont été reléguées aux oubliettes, on le sent légèrement plus à l’aise dans ses habits de chef du PQ.

Il y a loin de la coupe aux lèvres cependant. PKP demeure à des lunes d’incarner un leader charismatique, prêt à gouverner une province. Encore moins un pays. Mais dans son cas, chaque parcelle d’amélioration sera bienvenue et force est de constater qu’il s’en est bien tiré dernièrement.

La CAQ s’impose

C’est François Legault qui remporte la palme. Malgré un temps de parole limité en chambre et un environnement médiatique compétitif, le chef caquiste fut en mesure de se démarquer.

On le sent à l’aise sur les questions économiques, particulièrement lorsque celles-ci touchent le domaine de l’aéronautique.

La sortie conjointe dans le dossier d’Aveos était tout de même risquée pour messieurs Péladeau et Legault. La CAQ doit impérativement éviter de donner l’impression qu’ils incarnent le prolongement du PQ. Mais c’est le chef péquiste qui courrait le plus grand risque, soit de souffrir de la comparaison avec son compagnon d’un jour. Cela s’avéra.

L’avenir de la CAQ n’est pas tout rose pour autant. Pour l’heure, le parti semble avoir traversé sa crise existentielle. Reste à voir si François Legault saura bâtir sur ses récents succès.

Le premier ministre Couillard est le grand perdant jusqu’à maintenant. Contrairement aux précédents passages à vide de son gouvernement, il n’a que lui à blâmer cette fois-ci. Il devra se ressaisir et vite.