/news/currentevents
Navigation

Homme blessé par un projectile policier: aucune accusation ne sera portée

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) ne portera pas d’accusation en lien avec une intervention policière menée en septembre dernier à Malartic et à Val-d’Or, en Abitibi-Témiscamingue, durant laquelle un homme avait été blessé par un projectile policier.

Des policiers de la Sûreté du Québec (SQ) étaient entrés en contact avec l’individu à la suite d’un appel disant que ce dernier avait menacé de se suicider et qu’il avait consommé des médicaments.

Au moment où les agents s'étaient approchés de la voiture de l’homme, celui-ci en avait profité pour prendre la fuite. La poursuite automobile s’était terminée sur un petit chemin de campagne.

Puis, l’homme était sorti de son véhicule en pointant une arme de poing en direction des policiers, qui avait répliqué.

Après avoir examiné le rapport de l'enquête indépendant du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), le DPCP a conclu qu’aucune infraction criminelle n’avait été commise.

«L’intervention était légale, a indiqué lundi le DPCP dans un communiqué. Avec le comportement adopté par l'homme, les interactions qu'il a eues avec les policiers et la conduite dangereuse de son véhicule, les policiers avaient le pouvoir de l'arrêter sans mandat.»

Selon le DPCP, les policiers avaient des motifs raisonnables d’estimer que de faire feu sur l’homme était «nécessaire pour assurer leur protection contre la mort ou des lésions corporelles graves».