/finance/business
Navigation

Le Cirque du Soleil change de couleurs

ART-CIRQUE DU SOLEIL
Photo AGENCE QMI, Michel Desbiens Le Cirque du Soleil a levé son chapiteau en vue de la présentation de son nouveau spectacle dans le Vieux port de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Vous ne reconnaîtrez pas le chapiteau du Cirque du Soleil qui a été dressé jeudi après-midi dans le Vieux-Port de Montréal. Il a troqué le bleu et jaune en spirale, marque de commerce qui le suit depuis 30 ans, pour du blanc avec une touche de jaune ocre.

Le Cirque renaît en quelque sorte sous un nouveau jour. Le jour Luzia, pour donner une identité propre au nouveau spectacle du Cirque du Soleil, qui sera présenté en avril dans une tente de 2500 places.

Astres et Mexique

Les marques jaune ocre sur la toile blanche représentent donc des tracés planétaires, l'un des thèmes du spectacle Luzia, qui se veut un retour aux sources avec beaucoup de numéros acrobatiques. L’histoire, qui a pour thèmes la culture mexicaine et l’astrologie, est construite sur une trame plutôt abstraite qui laisse toute la place à l’imagination.

L’idée est d'associer clairement au spectacle l’image du chapiteau. C’est la première fois que la toile d'un chapiteau du Cirque a un lien direct avec le spectacle. «On s’est dit que ce serait le fun de donner un cachet attaché au spectacle par la facture du chapiteau. Ce n’est pas le Cirque du Soleil, c’est Luzia. Ça va habiller le spectacle et inclure les gens dans notre magie», explique Janick Wolput, vice-président des spectacles de tournée.

L’idée de revamper le chapiteau ne résulte pas de la vente du Cirque du Soleil: «Ces projets-là ont débuté bien avant la période de transaction», souligne M. Wolput, qui n’exclut pas la possibilité de remplacer également le chapiteau bleu et jaune pour d’autres productions du Cirque du Soleil.

Les dirigeants du Cirque du Soleil n'avaient auparavant osé utiliser une toile d'une autre couleur qu’une seule fois, en 1995, à l’occasion de leur arrivée en Europe. La toile était complètement blanche.

Seuls la couleur et le design (par l'entreprise québécoise Humà Design) ont été transformés: ni la forme ni la taille du chapiteau n'ont changé. «Ça fait longtemps qu’on opère dans nos chapiteaux. On est limités par ce que l’on peut faire, mais ça devient un bassin d’inspiration exploité par l’équipe de création», rapporte le vice-président.

 

Le chapiteau en chiffres

  • Quatorze artisans travaillent de 10 à 12 semaines pour fabriquer un chapiteau du Cirque du Soleil.
  • Dresser un chapiteau seulement (et non toute l’infrastructure sur le site) prend de 8 à 10 heures, selon les conditions. Le temps de démontage est de 4 à 5 heures.
  • Quelque 500 pieux fixent le chapiteau au sol.
  • Le chapiteau peut supporter des vents de 120 km/h.
  • Il fait 51 mètres de diamètre et est soutenu par des mâts en acier de 25 mètres de hauteur.
  • Sa coupole est située à une hauteur de 19 mètres.
  • La durée de vie moyenne d’une toile de chapiteau est d’environ 10 ans, selon les conditions d’usage (la météo et la fréquence de montage/démontage, entre autres).