/finance/news
Navigation

19 choses à savoir avant de réserver une croisière

Basic RGB
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Une croisière réussie, c’est du sérieux. C’est peut-être la saison, mais pour cette année, c’est trop tard pour partir. Car une croisière, ça s’organise jusqu’à un an d’avance, si possible.

Pourquoi? Pour pouvoir choisir les bonnes cabines et bénéficier des meilleurs prix, voire de certains rabais parfois juteux.

Le meilleur conseil, c’est de magasiner son agent de voyage: ils ne se valent pas tous. Pourquoi? On n’achète pas sur internet. On établit méticuleusement ses besoins, on choisit le croisiériste avec soin, on essaie de TOUT prévoir. Car, sur un bateau, la promiscuité est parfois oppressante.

S’organiser

Donc, pour s’amuser tranquillement et profiter de tous les nombreux avantages, on doit miser sur un croisiériste qui traduit sa documentation en français, même à bord, qui offre des activités, des escales, des dates, un confort et un horaire qui feront votre affaire.

Sachez qu’il vous faudra obtenir un visa d’entrée et de sortie pour chaque pays visité (le cas échéant, surtout en Asie), qu’il ne faut surtout pas manquer son bateau lors d’une escale, car il peut vous refuser à la suivante, même si vous y arrivez par vos propres moyens; si vous ne transportez pas toute votre paperasse officielle avec vous, le croisiériste peut refuser votre embarquement initial.

Vous aurez aussi à choisir un horaire pour les repas (à heures fixes ou variables), la qualité de la cabine (intérieure, hublot, balcon, luxe, grand luxe), acheter un forfait à l’avance pour les activités, la nourriture, l’eau, les jus, le café, l’alcool, les pourboires, les excursions sur la plage ou vers les attractions, le transport aux escales, etc. Moins vous planifiez, plus vous vous exposez aux coûteux surplus et aux interminables files d’attente à bord.

On peut débattre longtemps de la cabine avec balcon, qui coûte 500 $ additionnels (souvent bien plus). Elle permet de contourner la promiscuité et d’admirer le paysage spectaculaire en robe de chambre, le matin.

Enfin, il faudra effectuer à l’avance votre préenregistrement, sous peine de vous voir refuser à bord.

Ce que ça coûte

  • Dans le sud: à partir de 1100 $ à 2000 $ par semaine, vol compris, en basse saison: + 1000 $ en haute saison
  • Europe et Asie: 2500 $ ou bien plus, selon la destination, la date et la durée

Ce qu’il faut retenir

  • Votre passeport doit être valide six mois avant la date du départ.
  • Ça parle rarement français sur la majorité des navires.
  • Les plus petits bateaux tanguent et roulent: oui, le mal de mer guette.
  • Certains bateaux ont des codes vestimentaires stricts pour les événements.
  • Soyez ponctuel à TOUTES les escales.
  • On mange BEAUCOUP mieux avec certains croisiéristes que d’autres.
  • Le tout inclus n’existe pas. Il y a TOUJOURS des imprévus.
  • Internet coûte TRÈS cher à bord.
  • On peut se faire voler et même agresser à bord (c’est rare).
  • On peut tomber à la mer (autour de 100 cas l’an dernier dans le monde).
  • Certaines clientèles sont franchement désagréables.
  • Les pourboires sont obligatoires.
  • Les restaurants à la carte sont souvent en sus.
  • La fumée de cigarette est détectée de nombreuses manières.
  • Le bruit est intense près des ascenseurs ou des salles à manger sur certains navires.
  • On ne paie qu’en dollars américains ou en euros sur les bateaux: bonjour le taux de conversion.
  • La météo, un pilote portuaire indisponible ou d’autres circonstances peuvent forcer le capitaine à sauter une escale.
  • On peut laisser les bagages en cabine, pendant les escales.
  • Le service des plus petits navires est meilleur selon plusieurs sources.