/news/currentevents
Navigation

Expulsé du logement où il vit depuis 40 ans

Une manifestation est prévue aujourd’hui contre le propriétaire, qui détient aussi l’épicerie Milano à Montréal

Pierino Di Tonno
Photo Le Journal de Montréal, Marie-Ève Dumont Pierino Di Tonno est un photographe reconnu dans le monde. On le voit ici avec l’une de ses photos, un portrait d’Al Pacino.

Coup d'oeil sur cet article

Une manifestation aura lieu samedi devant l’épicerie Milano pour empêcher le propriétaire du commerce montréalais d’expulser l’un de ses locataires, âgé de 82 ans.

«Toute ma vie est dans ce logement. J’ai des milliers de négatifs de photos de près de 50 ans de carrière. Où vais-je trouver la place pour mettre tout ça? Je ne peux pas tout détruire», se désespère Pierino Di Tonno, qui vit depuis près de 40 ans au-dessus de la célèbre épicerie Milano, dans la Petite Italie.

L’homme de 82 ans revenait chez lui après plus de trois mois d’hospitalisation pour le traitement d’un cancer de l’estomac quand il a reçu une lettre l’informant qu’il devait partir à la fin du bail.

M. Di Tonno a dû réapprendre à manger après qu’on lui eut enlevé une partie de l’estomac. Il est encore très faible physiquement et a de la difficulté à se nourrir.

«C’est ignoble de faire ça à quelqu’un. Je ne dors plus la nuit, je ne sais pas ce qui va m’arriver. Pour lui [le propriétaire], il n’y a que l’argent et le pouvoir qui comptent», dénonce-t-il.

Le propriétaire du commerce de la rue Saint-Laurent mentionne dans son avis qu’il veut reprendre l’appartement situé au-dessus de l’épicerie pour le subdiviser. M. Di Tonno croit plutôt que son logement permettra au propriétaire d’agrandir son épicerie.

Photographe reconnu

«La Ville lui a refusé l’agrandissement de l’épicerie avec le local voisin. Il veut donc sans doute prendre les étages», croit M. Di Tonno.

Pierino Di Tonno est un photographe reconnu à l’échelle internationale pour ses portraits de grandes vedettes de cinéma.

Au cours de sa carrière, il a immortalisé Clint Eastwood, Catherine Deneuve, Sergio Leone et Al Pacino.

Son appartement, qui lui servait aussi de studio, ressemble à un véritable musée, des centaines de photos ornant les murs.

«J’ai été aussi grandement impliqué dans le quartier. J’ai travaillé comme reporter photographe pour le journal italien. Je prenais des photos et je payais tout de ma poche pour les développer», se souvient-il.

Désemparé face à la situation, M. Di Tonno a contacté le Comité logement de la Petite Patrie afin qu’il l’aide à contester l’avis d’expulsion devant la Régie du logement.

« Pas humain »

L’organisme lui a trouvé un avocat, qui doit le représenter lors de l’audition prévue mardi.

Mais le Comité espère faire entendre raison au propriétaire du Milano plutôt que de laisser la décision entre les mains d’un juge.

«On espère qu’avec la manifestation [aujourd’hui à 13 h] et la demande de boycottage du commerce, le propriétaire du Milano se rendra compte que la population n’accepte pas sa décision. Ce n’est pas humain de mettre quelqu’un à la rue», insiste le porte-parole de l’organisation, Martin Blanchard.

Le propriétaire du Milano n’a pas rappelé Le Journal.

♦ Le Comité logement de la Petite Patrie déplore que près du tiers des évictions dans le quartier visent des aînés de plus de 65 ans, souvent vulnérables.