/news/health
Navigation

Des étudiants fuient la médecine familiale

67 postes en médecine familiale sont demeurés vacants au 1er tour cette année

médecin
Photo d'archives La médecine familiale compte 86 % des postes qui seront à pourvoir au deuxième tour, le 12 avril prochain. La spécialité ne sera pas le premier choix de beaucoup d’étudiants.

Coup d'oeil sur cet article

Le climat négatif entourant la réforme du réseau de la santé a un impact direct sur les étudiants, qui ont boudé la médecine familiale lors de leur choix de spécialité cette année.

Au premier tour de sélection, 67 postes en médecine familiale sont demeurés vacants. Selon la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, la réforme du réseau de la santé, depuis plusieurs mois, a joué dans la balance.

«Les médecins sont des humains et, quand on entend toujours les obligations et les menaces de la loi, ça fait que le climat n’est pas très bon», réagit le Dr Louis Godin, président du syndicat.

Dr Louis Godin | Président de la FMOQ
Photo d'archives
Dr Louis Godin | Président de la FMOQ

«Ce n’est pas leur premier choix, ajoute-t-il. C’est clair que c’est préoccupant.»

Rappelons que, dans le cadre de la réforme, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, souhaite que les omnipraticiens prennent davantage de patients en charge à l’extérieur de l’hôpital.

Chaque année, les étudiants en médecine qui terminent leur doctorat doivent postuler pour un poste de résidence dans une spécialité médicale. Ils peuvent postuler à plusieurs endroits.

Postes vacants en hausse

Au terme du premier tour des sélections cette année, 86 % des postes vacants au Québec sont en médecine familiale. Il s’agit d’une hausse par rapport à l’an dernier; 61 postes étaient alors vacants après le premier tour.

Baie-Comeau, Joliette, Gatineau: les postes à pourvoir se trouvent partout. Mais c’est à Québec que l’on compte le plus de postes non pourvus, soit 10.

Les 11 autres postes à pourvoir sont des postes en anatomopathologie, en santé publique et en médecine nucléaire. Ailleurs au Canada, 52 postes en médecine familiale sont vacants au premier tour.

Plusieurs raisons peuvent expliquer que des postes demeurent vacants après le premier tour: il se peut qu’aucun étudiant n’ait postulé, que les étudiants aient choisi un autre poste pour lequel ils avaient postulé, ou qu’ils aient été refusés par la faculté.

Or, des sources ont confié au Journal que des étudiants sont prêts à tout pour ne pas aboutir en médecine familiale.

«Certains vont aller dans une autre province ou vont faire un projet de recherche durant un an pour bonifier leur dossier, et postuler de nouveau dans la spécialité de leur choix l’année suivante», explique une résidente en médecine familiale qui a requis l’anonymat.

Quant à l’avenir, le Dr Godin a bon espoir que les postes vacants seront pourvus au deuxième tour. Le jumelage a lieu le 12 avril prochain.

Résidents anxieux

«Ce qui me rassure un peu, c’est qu’on a vécu la même chose l’an passé, et on avait fini par pourvoir les postes. Mais si ce n’est pas mieux, les choses vont se compliquer.»

Selon la résidente interrogée, les jeunes médecins de famille sont de plus en plus anxieux. «Ils se préparent au pire! confie-t-elle. On est la génération sacrifiée.»

Contactées, les facultés universitaires ont refusé de se prononcer avant les résultats du deuxième tour.

 

Postes vacants après le premier tour de sélection des spécialités 2016
  Médecine familiale
Autres spécialités 
Université Laval  35 3
Université de Montréal 18 4
Université de Sherbrooke 12 3
Université McGill 2 1
Total: 67 11

 

Postes vacants après le premier tour
                   Médecine familiale Autres spécialités
2016 67 11
2015 61 30
2014 45 33
2013 61 42

 

Villes ou secteurs avec le plus de postes vacants en médecine familiale
Québec 10                                                          
Baie-Comeau 8
Trois-Pistoles 5
Richelieu-Yamaska (Saint-Hyacinthe) 5
Aurores-Boréales (La Sarre) 5
Baie des Chaleurs (Gaspésie) 5

Source: Service canadien de jumelage des étudiants, 2016