/news/transports
Navigation

L’«autoroute de la mort» sécurisée

Québec avait en mains depuis huit ans un rapport qui recommandait l’installation de glissières sur l’A50

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère des Transports a attendu 10 accidents mortels avant d’ajouter des glissières pour rendre plus sécuritaire l’autoroute 50, même s'il avait en mains depuis huit ans une étude qui indiquait que leur ajout pourrait prévenir les face-à-face.

Le Journal a appris que dans les prochains mois, le ministère des Transports du Québec (MTQ) commencera à installer des glissières de béton (communément appelés Jerseys) pour séparer les voies est et ouest sur une distance de six kilomètres à la hauteur de l’ancien aéroport de Mirabel. Ce tronçon qui accueille 19 000 véhicules par jour est si dangereux que plusieurs l’appellent «l’autoroute de la mort».

Pourtant, une étude de sécurité du MTQ datant de 2008 concluait déjà que l’ajout de glissières entre les voies de cette autoroute qui relie Montréal à Ottawa serait une solution prometteuse pour réduire le nombre de face-à-face.

Un coroner était également arrivé à la même conclusion en 2014, soulignant qu’il y avait eu 10 accidents mortels depuis 2008. Il enquêtait sur une collision où un automobiliste avait traversé les voies et avait heurté un autre véhicule de plein fouet.

Cheminement normal

Selon le MTQ, uniquement entre 2010 et 2014, il y a eu cinq décès et quatre accidents avec blessures graves sur ce même tronçon.

«Ça fait quelques années que le projet est en préparation et il fallait s’assurer que le projet soit fait en collaboration avec l’aéroport. Le chantier a suivi toutes les étapes normales d’un projet routier», indique une porte-parole du MTQ, Isabelle Gagné.

Lampadaires

Celle-ci a ajouté que le MTQ avait ajouté dès 2008 des bandes rugueuses aux extrémités et au centre des voies, en plus de bonifier l’éclairage et des feux de circulation dans le secteur de l’aéroport en 2013.

En plus des séparateurs, le MTQ compte ajouter des lampadaires pour améliorer la visibilité des automobilistes le soir.

De plus, on éliminera l’accès direct des rues Louis-Brisson et Hélène-Bristol à l’autoroute en faveur d’un aménagement «plus sécuritaire».

Cette nouvelle fait le bonheur du maire de Mirabel, Jean Bouchard, qui dit que la Ville demande depuis des années que le MTQ améliore la sécurité de la principale autoroute qui traverse son territoire.

Il craint toutefois que l’installation des glissières crée des entraves majeures à la circulation et rende difficile l’accès au parc industriel autour de l’aéroport de Mirabel.

«Il était bien temps qu’on aille finalement de l’avant avec ces travaux pour une question de sécurité publique. Mais avant que le MTQ fasse les travaux, il serait intéressant de trouver un moyen pour se coordonner avec Aéroports de Montréal pour qu’on réalise une voie de contournement», explique M. Bouchard.