/news/society
Navigation

Un vétéran décoré

Un Québécois de 93 ans reçoit la Légion d’honneur

27 décembre 1942. Âgé de 20 ans seulement, Joseph Patrick Sutcliffe est envoyé outre-mer pour prendre part, deux ans plus tard, à la bataille du jour J sur les plages de la Normandie pour libérer l’Europe de l’Ouest de l’occupation nazie.
Photo Le Journal de Québec, Jean-François Desgagnés 27 décembre 1942. Âgé de 20 ans seulement, Joseph Patrick Sutcliffe est envoyé outre-mer pour prendre part, deux ans plus tard, à la bataille du jour J sur les plages de la Normandie pour libérer l’Europe de l’Ouest de l’occupation nazie.

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 70 ans après le débarquement de Normandie, les souvenirs sont toujours aussi vifs pour un ancien combattant de Québec qui s’est vu décerner vendredi le prestigieux titre de chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur de France.

27 décembre 1942. Âgé de 20 ans seulement, Joseph Patrick Sutcliffe est envoyé outre-mer pour prendre part, deux ans plus tard, à la bataille du jour J sur les plages de la Normandie pour libérer l’Europe de l’Ouest de l’occupation nazie.

«Je m’en rappelle comme si c’était hier. Je n’avais pas peur. J’étais jeune, c’était une aventure», raconte l’homme de 93 ans, la même étincelle dans le regard.

Démineur

Lors de ces manœuvres, le jeune soldat évoluait au sein du Corps du Génie royal canadien, alors basé à Winnipeg. Une formation poussée lui permettra de devenir sapeur de combat. Il sera notamment responsable de détecter et de neutraliser manuellement les mines de Juno Beach, son équipement refusant de fonctionner.

«On avait une baïonnette, donc on s’est mis à genoux et on s’est mis à creuser pour chercher les mines. On ne savait pas quand ça allait exploser», se souvient celui que tous surnomment Joe. Dans la compagnie dont il faisait partie, seulement 25 hommes sur 100 ont survécu à cette bataille historique du 6 juin 1944.

Émotion

Comme des milliers d’autres vétérans, la guerre a laissé en l’homme des souvenirs d’une grande noirceur. «Je ne suis pas capable de compter les fois où j’ai eu peur pour ma vie. Les balles qui frôlent le visage, je sentais leur chaleur», confie Joe, qui s’explique encore mal pourquoi il a autant de fois évité la mort, qu’il côtoyait pourtant de si près.

L’émotion était donc palpable vendredi, lorsque M. Sutcliffe s’est vu remettre la Médaille de l’Ordre national de la Légion d’honneur de France des mains de Jean-Robert Zonda, délégué général du Souvenir français pour le consulat. «C’est le plus grand jour de ma vie. Je suis dans un rêve. Je vais me réveiller demain matin et je vais me dire que c’est vrai. Je suis un chevalier.»

M. Sutcliffe s’est vu remettre la Médaille de l’Ordre national de la Légion d’honneur de France des mains de Jean-Robert Zonda, délégué général du Souvenir français pour le consulat.
Photo Le Journal de Québec, Jean-François Desgagnés
M. Sutcliffe s’est vu remettre la Médaille de l’Ordre national de la Légion d’honneur de France des mains de Jean-Robert Zonda, délégué général du Souvenir français pour le consulat.

Qu’est-ce que la Légion d’honneur?

  • Créée en 1802 par Napoléon Bonaparte
  • La plus haute distinction d’honneur accordée par la France
  • Il existe cinq grades: chevalier, officier, commandeur, grand officier et grand croix
  • Pour les «mérites éminents» rendus

Qui peut recevoir la Légion?

  • Militaires et civils

Combien de personnes ont été décorées?

  • Près d’un million jusqu’à présent
  • Plus de 90 000 récipiendaires vivants
  • Près de 700 vétérans canadiens