/finance/business
Navigation

Hydro-Québec a versé plus de 113 M$ en 10 ans à des firmes d'avocats

Bloc Hydro-Québec
Photo Agence QMI Les cabinets d’avocats Lavery et McCarthy Tétrault, liés à l’ex-directrice des affaires juridiques d’Hydro-Québec Pamela McGovern, auraient obtenu 13 millions $ de contrats entre 2010 et 2014.

Coup d'oeil sur cet article

Hydro-Québec s’avère une mine d’or pour les firmes d’avocats. Depuis 10 ans, la société d’État a versé plus de 113 millions $ pour des services juridiques externes, a appris Le Journal.

Des documents rendus publics en vertu de la Loi sur l’accès à l’information démontrent qu’Hydro-Québec a payé 11,5 millions $ l’an dernier en honoraires d’avocats externes, une hausse de 47 % par rapport à 2014.

Service maison

Hydro-Québec possède pourtant son propre service juridique interne, qui emploie 43 avocats. En 2014, la masse salariale de ce service a atteint 7,9 millions $. Chez Hydro-Québec, on explique que les avocats de sa division du contentieux sont surtout spécialisés en droits réglementaires.

Or, au cours des dernières années, la société d’État dit avoir eu recours à des avocats externes spécialisés notamment en litiges et en arbitrages internationaux. «Les dossiers juridiques sont traités en priorité par nos avocats. Des mandats peuvent être confiés à l’externe notamment lorsqu’une expertise particulière est requise ou en raison de l’ampleur ou de la complexité d’un dossier», a indiqué la porte-parole d’Hydro-Québec Isabelle Thellen.

La société d’État soutient qu’au cours des deux dernières années, un important conflit juridique l’opposant à la province de Terre-Neuve lui a coûté très cher.

Pour mener à bien ce litige devant les tribunaux, Hydro-Québec a fait appel à une équipe d’avocats plaideurs renommés de la firme Norton Rose Fulbright.

Or, Terre-Neuve conteste toujours devant les tribunaux une entente sur les tarifs négociés en 1969 avec la Churchill Falls Corporation (CFLCo). Une décision de la Cour supérieure en faveur d’Hydro-Québec rendue en juillet 2014 a par la suite été portée en appel par Terre-Neuve.

13 M$ à deux firmes

La société d’État fait l’objet de critiques, les cabinets d’avocats Lavery et McCarthy Tétrault, liés à son ex-directrice des affaires juridiques, Pamela McGovern, ayant obtenu 13 millions $ de contrats entre 2010 et 2014, selon des informations obtenues par le quotidien La Presse.

Avant de se joindre à Hydro-Québec, Mme McGovern (qui a quitté son poste en mars 2015) avait travaillé pendant 25 ans pour le cabinet Lavery, alors que son mari pratiquait chez McCarthy Tétrault.

Hydro-Québec dit avoir resserré, depuis le départ de Mme McGovern, ses critères pour l’attribution de contrats à des cabinets externes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.